POINT D'INTERET

SITUATION

Les 2 premières longueurs la meme que Pilier NW du TaoujdadOuverture du bas par Philippe Brass et Yves Ghesquiers MAI 2003  et Claire Lemaignan et Philippe Brass en Mai 2006 jusquʼau sommet7 longueurs splendides + 2 longueurs agréables pour rejoindre le sommet10 dégaines + relaisVoie splendide et bien abordable se déroulant dans une face très raide et formidablement sculptée de gouttes d’eau.

CARTOGRAPHIE

TEXTE DE LA SORTIE

Accès remonter la gorge entre Taoujdad et Oujdad.Après le bloc aménagé suivre un cheminement en rive droite sur 50m de dénivellé.Prendre ensuite des gradins qui amènent à  une vire, à  gauche, sur laquelle il y a 2 buis.La vire se prolonge ensuite, passer un angle, et gagner une zone de gradins et d’éboulis.La rampe d’attaque est bien visible. (Cairns)L1: monter vers une terrasse (5m, 3) puis dans la fissure de droite vers une plateforme (20m, 5, 1 piton). De la plateforme, partir dans le dièdre légèrement surplombant (30m, 5+ exposé, 1 piton): relais dans une conque à  la fin du dièdre. L2: partir dans la dalle à  gauche vers une grosse lunule (10m, 5) ….

ACCES AU DEPART

topo_nom_reforme

Description

Informations complémentaires

type_sortie

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.


Soyez le premier à laisser votre avis sur “Taghia Au nom de la réforme”

Pour survivre à l’hiver, certains animaux quittent la montagne pour des cieux plus cléments (migration), d’autres s’endorment bien à l’abri (hibernation), mais un bon nombre d’espèces reste présente et doit s’adapter pour faire face au froid. Les animaux continuent donc de se déplacer pour se nourrir et s’abriter. Pour la plupart, ils se cantonnent à un petit territoire qu’ils arpentent discrètement, attentifs aux risques d’une mauvaise rencontre. Dans la neige fraîche, leurs traces de pas sont facilement visibles. On peut voir quelques empreintes qu’il est difficile de suivre mais parfois de véritables pistes laissent deviner par où l’animal s’en est allé. Cette écriture est plus ou moins facile à déchiffrer. Selon la densité et la température de la neige, l’empreinte sera plus ou moins nette.

La vallée (moins de 1.000 m)
La vie y est facile, la température moyenne est de 15°. La période de végétation est
de 8 à 9 mois. C’est l’étage des CULTURES, des CHAMPS DE FLEURS, des FEUILLUS
comme le chêne, le châtaigner etc.
La forêt (de 1.000 à 2.000 m)
La température moyenne est plus basse : de 5 à 15°. La période de végétation dure
de 6 à 7 mois. C’est l’étage de la forêt où poussent des FORETS DE HETRES et en
montant en altitude, beaucoup de RESINEUX (sapins, pins).
Les alpages (de 2.000 à 3.000 m)
La température moyenne varie de 2 à 5°. Il n’y a pas beaucoup d’arbres car il fait
trop froid, il y a DES GRANDES ETENDUES D’HERBE (les alpages) et la végétation est rare.
La haute montagne (au-delà de 3.000 m)
La température moyenne se situe autour de 0°. Il y a des ROCHES, des NEIGES
ETERNELLES, des GLACIERS et très peu de végétation. Il fait encore plus froid et humide
sur le versant nord qui se trouve longtemps à l’ombre.