Les montagnes ne vivent que de l’amour des hommes.

Les montagnes ne vivent que de l’amour des hommes. Là où les habitations, puis les arbres, puis l’herbe s’épuisent, naît le royaume stérile, sauvage, minéral ; cependant, dans sa pauvreté extrême, dans sa nudité totale, il dispense une richesse qui n’a pas de prix : le bonheur que l’on découvre dans les yeux de ceux qui le fréquentent

Gaston Rébuffat

error

Vous aimez PicetCol ? Manifestez le ...

Email
Flickr
Scroll to Top