Crestas de Llosets (altitude 2655 m)

Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter :

Beaux points de vue, au soleil meme l’hiver sur les cretes (ce qui n’est pas le cas le matin de la Coume d’en Garcie elle même).


Météo du jour de la sortie soleil


Situation :

Au fond de la Coume d’en Garcie, sur la partie droite quand on se gtrouve au col de Porte Puymorens.


Cartographie :


Texte de la sortie :

Du col de Porte Puymorens, il faut monter un peu à l’azimut face à soi, pour atteindre après plusieurs ressauts une première crète

De la, il faut poursuivre sur la gauche (une pente est un peu plus relevée) puis poursuivre toute crète (plusieurs vallons …) jusqu’au point le plus haut juste deux ressauts avant la porteille d’en Garcie.

Retour / Descente : Pour le retour, chemin classique de descente.


Accès au départ :

Ax les Thermes, direction Andorre, après l’Hospitalet près l’andorre, monter le col. Dans la cote prendre a gauche direction Porte Puymorens.

Le Parking se situe qu col de Porte Puymorens (1915 m).


 

Photothèque de la sortie D2cembre 2019 :


Photothèque de la (des) sortie(s) Mai 2009 :




Rocher de Scaramus (1868 m) / Pic Fourcat (1929 m) / Sarrat de la Coumette (1893 m) / Sarrat de Rouan (1837 m)

Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter :

Un très large panorama depuis le Pic de Fourcat. De part sa position centrale près de la carrière de Trimouns, le Pic de Fourcat offre une belle vue sur les vallées de la Haute Ariège, l’Andorre et l’Aude avec au premier plan le Pays d’Olmes.

NB : Pour le point culminant de cette sortie, le Pic Fourcat, c’est une grosse bosse située à 1929 m d’altitude au sud du Saint Barthélemy, est un belvédère remarquable. Le panorama y est immense, on voit très loin dans toutes les directions (sauf un pan d’horizon barré par le Saint Barthélemy au Nord) et on est aux premières loges pour observer la mine de talc sur le flanc sud du Saint Barthélemy.

 


Météo du jour de la sortie soleil


Situation :

Haute Ariège, face aux stations de ski d’Ax 3 domaines, et le plateau de Beille, non visible la station du Mont d’Olmes.

La difficulté principale réside dans l’orientation et la distance (près de 16 km).


Cartographie :


Texte de la sortie :

Parking du col de Marmare (1361 m) :

Prendre le chemin forestier de gauche en suivant un sentier balisé qui, après quelques dizaine de mètres, quand le sentier par sur la gauche à flanc de pente, monte dans l’axe de la pente dans le bois de Courtalasses. On débouche sur un plateau (1450 m). Sinon, rester sur la route forestière, qui rend par ailleurs au même endroit sur la plateau.

. Tout en suivant la clôture on remonte vers le haut de la crête par une pente régulière. Parvenu au haut de la crête (1834m.) on progresse le long de son large fil, on passe le Rocher de Scaramus (1868 m), le Castillou (1843 m), pour atteindre le Pic Fourcat (1929 m).

0H25 : Dans tous les cas de départs : obliquer sur la gauche vers le Nord-Ouest de façon à rejoindre la longue croupe Sud du Fourcat et du Scaramus.
On évite par la gauche une petite éminence (Sarrat de Péchéré 1527 m) longeant le bois. On parvient alors au pied de la ligne de crête par laquelle on progresse intégralement sur large crête pour s’élever au-dessus du plateau (à droite). Le sommet n’est jamais visible jusqu’à l’antécime !

1H40 Rocher de Scaramus, 1868 m.
Enfin dans le dernier tiers de la montée. Au passage on remarque à droite le versant vertical à ce niveau !
En se dirigeant presque au Nord, viser le Pic Fourcat, par une courte descente jusqu’au Castillou à 1843 m, puis à nouveau une ascension.

2H00 Pic Fourcat 1929 m.

2h20 : on descend en suivant la ligne de crètes jusqu’au Sarrat de la Coumette 1893 m, on aura passé juste avant devant la carrière de Trimouns.

3h : Toujours en suivant les crètes, on poursuit en direction du Sarrat du Rouan 1837 m qui sera le point final.

… On continue en amorçant les descentes, par la crête jusqu’au thalweg du Ruisseau de Ferrière, rejoignant à même hauteur

4h : le Rocher de Mounégou, la Forêt Domaniale de Prades pour rejoindre la piste et …

4h40 : le Col de la Gardie, puis le Pla de Sept Cases et finalement …

6h : .. le parking


Accès au départ :

– Depuis Foix : Suivre la direction Ax-les-Thermes, Pas de la Case.
On passe successivement à Tarascon-sur-Ariège, Sinsat, Les Cabanes, tout cela sur la nationale 20. Dans Ax au niveau d’un rond point, prendre à gauche la direction du col de Pailhères/col du Chioula par la D613.
2 minutes après les lacets et avant Ascou tourner à gauche pour atteindre et passer le col du Chioula. Descendre se garer au col de Marmare 2 km plus bas. Attention au verglas et neige en hiver!

– Depuis Lavelanet : Au centre de Lavelanet au rond point prendre la D117 vers Quillan et Bélesta. Dans Bélesta tourner à droite direction Montségur. Attention la route vers Belcaire n’est pas bien signalée. Après avoir sauté un pont prendre la D16 vers Belcaire. La route devient sinueuse et surtout humide pendant la montée vers le col de la Croix des Morts à 898 m. Suivre la route jusqu’à un croisement et tourner à droite direction Belcaire via la D613.
La route monte au col des 7 Frères, traverse Belcaire, passe à proximité de Camurac, traverse Prades et atteint le col de Marmare. Attention en hiver, les équipements sont parfois nécessaires.

– depuis Quillan : Prendre direction Lavelanet et col du Portel par la D117. Juste avant le col tourner à gauche pour suivre la D59 qui rejoint vite la D613. Il faut tourner à gauche. Continuer la montée jusqu’à Coudrons puis le col de Coudrons à 883 m. Traverser La Peyre. La route se fait alors plus rectiligne alors qu’on commence la traversée du plateau de Sault.
On se dirige sur de longues lignes droites jusqu’à Belcaire pour poursuivre l’itinéraire expliqué depuis Lavelanet.


Photothèque de la sortie Décembre 2019 :


 




Pic de la Mina (Pic de la Mine) – Altitude : 2683 m

Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter :

Vue sur le village du Pas de la Case au dela de l’épaule du sommet suivant (Pic Pedrons) et aussi les vallées d’Ax.


Météo du jour de la sortie soleilet un peu


Situation :

Au pied de l’Andorre, au dessus de la station de Porte Puymorens et aussi du Pas de la Case.


Cartographie :

 


Texte de la sortie :

Au parking du col de Porte Puymorens (1913 m), s’engager en remontant sur la piste verte a droite jusqu’à une cabane (atteinte en environ 45 mn à 1 heure). De la, longer en remontant la piste bleu ou les couloirs situés à gauche des pistes puis s’engager sur l’épaule. De la, il suffit de remonter tout droit vers le col juste sous le sommet (à droite) puis finir vers le sommet des pentes plus pentues au final. Selon l’état d’enneigement, la descente peut se faire depuis le col ou toujours en longeant les pistes ou en les traversant.

Retour / Descente :

Même itinéraire


Accès au départ :

Foix, Tarascon, Ax-Les-Thermes, L’Hospitalet, Col de Puymorens, le parking est sur la droite.


Photothèque de la sortie :

——-

Saison 2019 – 2020 :

——-

Saison 2018 – 2019 :

——-

Saison 2016 – 2017 :

——-

Saison 2012 – 2013 :

——-

Saison 2011 – 2012 :

——-

——-

——-

——-

——-




Mont Fourcat (altitude 2001 m) / Pic Terbeze (altitude 1973 m)

Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter :

Un très large panorama. De part sa position centrale le Mont Fourcat offre une belle vue sur Foix et le Pays d’Olmes. C’est un sommet très couru sur le Massif de Tabe. Les pentes débonnaires, bien que régulières le rendent le plus souvent accessible, même au cœur de l’hiver, lorsque l’instabilité du manteau neigeux nous éloigne des hauts sommets.

Possibilité de continuer la course, sur les sentiers du massif de Tabe.


Météo du jour de la sortie soleil


Situation :

Les seules difficultés, malgré la faible altitude (2001 m) restent le dénivelé. Le parcours est fréquenté, et généralement bien tracé


Cartographie :

 

 


Texte de la sortie :

Parking Aire d’accueil des Brougues (1174m) :

Selon l’état de la neige, vous garez ici vous fait gagner presque 40 minutes. On poursuit à travers les bois (attention l’été, présence possible de chenilles processionnaires) sur un chemin très bien tracé (peu de balisage), mais qui zigzague enter les troncs, et s’élève tranquillement jusqu’à … le col du Traucadou, ou on trouve des roches à cupules.

Col de Troucadou (1253m)  20 mn depuis Gourgues

Continuer au Sud-Est sur la bonne piste qui mène au Mont Fourcat (signalée par un panneau). La piste fait plusieurs lacets facilement coupables par de bonnes sentes au Sud-Est.

Juste après le col du Tracadou ne pas aller sur main gauche (panneau lieures – point de vue).

Un peu plus haut sur une épingle, ne pas aller à gauche (panneau Portalet).
– Vers 1400m on abandonne la piste forestière pour suivre sur notre droite le sentier toujours bien balisé (direction Sud-Est).
– Vers 1480m, on sort de la forêt. Poursuivre en obliquant légèrement à gauche pour rester au plus haut de la croupe (direction sud-est).
10 mn après quitté la forêt, remarquez un abri en pierres (orri) situé à une vingtaine de mètres sur votre gauche.

Orri (vers 1570m) ; 1 h 30 mn depuis Gourgues

Poursuivre sur la crête jusqu’au sommet, en passant tout d’abord

Pic de Lauzate (1800m) ; 1h50 depuis Gourgues

A droite on passe près d’une maison de berger….

Cabane de Lauzate ou du Mont-Fourcat (1875m) 2h15 depuis Gourgues

Mont Fourcat (2001m) 2h30 depuis Gourgues

Le sommet offre un panorama remarquable sur Foix et les environs ainsi que la station du Mont d’Olmes.

Du sommet on arrive alors sur un balisage jaune et rouge (symbole du tour des montagnes de Tabe).

De là, on peut continuer vers la droite toujours en crete pour atteindre en s’orientant à gauche pour rejoindre rapidement …

Le sommet des Terbèzes (1973m) depuis Croquie = 3h 10 mn


Accès au départ :

RN 20 jusqu’à Mercus-Garrabet, juste après Foix. Prendre la route en direction de Croquié (panneau Eglise Romane). On se gare face à un marronier, sur la place du village , ou il y 5 à 6 places pour se garer. Présence de panneaux face à vous pour démarrer.

Sinon, pour se garer un peu plus haut … à l’arrivée au village, continuer sur la route de gauche pour atteindre le parking proche du col du Traucadou (suivre le panneau). Une aire TRES bien aménagée vous offre la vue sur les massifs face a vous.


Photothèque de la sortie Novembre 2019 :


Photothèque de la sortie Février 2019 :


Photothèque de la sortie 2007 :




Tuc deth Rosari par crètes Nord Est (altitude : 2601 m)

Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter :

Jolie randonnée, en passant par le col et les crètes Nord Est jusqu’au sommet (passages quelques peu aériens), blocs.

Météo du jour de la sortie

soleil


Situation :

Sur le plateau de BERET (station BAQUEIRA BERET), un somptueux belvédère sur les Encantats, massif de l’Aneto et Maladata ainsi que Posets, et jusqu’au Pic du Midi de Bigorre.


Cartographie :

 

 


Texte de la sortie :

Du parking se diriger vers la maison en bois (un bar) et en direction d’un piton double en face de vous (plein est). Le sentier est devant vous et monte vers le pied du piton de droite ,le plus petit .

Une heure apres à 2085m vous arrivez au premier lac de Baciver, continuer en appuyant vers la gauche légèrement (Nord), un petit ruisseau le suivre par la rive gauche et vous arrivez à la plaine lacustre (un cirque).

Les lacs de Rosari (2308 m) sont devant vous en succession après un petite butte…..

Ensuite, continuer versant Ouest au fond du cirque (col cairné coté 2413 m) puis prendre pied sur le fil de l’arete qui passe sur 3 sommets antécimes précédents le Tuc de Rasari.

Retour voie « normale ».


Accès au départ :

A Baqueira prendre la route du Pla de Beret ,au col à droite route de la station de ski del Orri et grand parking au bout (Arriu Malo) .


Photothèque de la sortie :

 

En Aout 2019

En Octobre 2018

 

En août 2018 :


En 2010 :

En 2009 :

Avant 2008 :




Argentera (3.297 m) : Eperon Campia

Points d’intérêts :

  • Argentera : fait partie des Alpes maritimes — extrémité sud des Alpes — se partageant entre deux pays : la France au sud-ouest et l’Italie au nord-est. Sa partie sommitale est constituée par une ligne de crêtes comprenant, du nord au sud, cinq cimes de plus de 3 200 mètres d’altitude : le Corno Stella (3 262 m), la pointe Gélas-di-Lourousa (3 262 m), la cime nord de l’Argentera (3 286 m), la cime sud de l’Argentera (3 297 m) et la cime de Genova (3 257 m). On y voit très bien qui se détache le Viso.
  • Son sommet a été gravi pour la première fois par William Auguste Coolidge et ses guides Christian Almer père et fils, le 18 août 1879. Ils empruntèrent alors le couloir du Lourousa, course de neige devenue classique chez les alpinistes méridionaux. Toutefois, un itinéraire plus facile, la voie Normale en face Est, a été découvert le 16 août 1882 par G. Dellepiane, U. Ponta, R. Audisio.

  • L’éperon Campia (ou éperon central ouest) est considéré comme la voie royale pour gravir le point culminant des Alpes maritimes. Il s’agit d’un itinéraire de grande ampleur ouvert par le talentueux alpiniste piémontais Matteo Campia. L’éperon Campia s’adresse à des alpinistes expérimentés. Il faut d’abord bien repérer son attaque depuis le refuge Bozano parce qu’il n’est pas facile de se situer le matin, dans l’immense dédale de couloirs et d’éperons de ce vaste et complexe versant. Ensuite, il est impératif de s’engager dans cette course avec une météo sûre. Une retraite serait aléatoire et difficile. Enfin, il est important de tenir un horaire et d’attaquer tôt pour sortir à une heure raisonnable (pensez à la descente).
  • L’ascension elle même, due à la qualité du rocher et à la discontinuité de la montée, ne se déroule pas en magnifique granit, mais l’environnement est majestueux. En fait, le voyage se déroule dans un environnement rude et isolé le vent possible et le manque de soleil complique les choses, en fait les premiers rayons de soleil arrivent vers 11h. Tout le reste est une passionnante découverte de couleurs et de panoramas : la mer vers le nord-ouest, étincelante et rassurante, le Corno Stella avec des caractéristiques inhabituelles et devant nous la croix du Cima Sud dell ‘ Argentera 3297m, l’altitude maximale de tout le massif des Alpes Maritimes, magnifique.

. En lisant les différents topos, la voie semble complexe, certes il y a de la lecture, mais en réalité il s’agit de suivre avec logique.

    • Difficulté : D / 4+ (néanmoins avec des grosses et un sac pour la traversée jusqu’au Refuge Remondinio, ne pas négliger) Course en terrain d’aventure : Quelques pitons en place. Coinceurs, friends et sangles indispensables.
    • Exposition : ascension Sud-Ouest (m): près de 3300 
    • Développement en escalade (m): 600
  • Un accueil au départ tout à fait impeccable par Marco Quaglia, le gardien du refuge Bozano, parfait sut toute la gamme pour nous faire apprécier son sens de l’accueil et la variété / qualité / quantité de ses repas !

Site du refuge BOZANO

  • A l’arrivée, pause avec de nombreux randonneurs, prêts pour attaquer la voie normale (notre voie de descente) du sommet du massif Argentera, dans le refuge tenue par Franca :

Site du refuge Remondinio.

  • Merci à Benoit pour nous avoir accompagné lors de cette ascension.

Météo du jour :

 


Cartographie :

Coté topo, beaucoup d’informations disponibles Topo Corno Stella extraits


Texte de la sortie :

 

. Ouveurs : M. Campia, N. Gandolfo, A. Quaranta le 8 août 1937.

. Approche : Du refuge Bozano, suivre la conduite d’eau gagner le pied du couloir de la fourche (Forcella) et gravir à droite des banquettes pour accéder à une vire qui passe sous l’éperon du Promontoire. Suivre la vire (cairns) en ascendance à droite jusqu’à un large couloir qu’on traverse. On prend pied sur une vire blanchâtre (cairn), la suivre toujours en direction de l’éperon. Traverser un nouveau couloir et gagner le pied de l’éperon qui délimite le couloir au sud (1h). 
NB : il ne s’agit pas de l’approche classique décrite dans d’autres topos, cette dernière étant délaissée maintenant (mauvais rocher) au profit de celle donnée ici et suggérée par le gardien du refuge Bozano. Il est possible qu’il faille préférer l’ancienne approche lorsque la neige est encore présente : du refuge, descendre et contourner le promontoire sous l’éperon du même nom. Gagner la vire blanchâtre par un couloir puis des roches brisées. .

Itinéraire : très logique, toujours prendre au plus facile près du fil de l’arête.
Attaquer l’éperon par le fil et franchir plusieurs gendarmes successifs sans réelles difficultés (III, III+).

Passer sur le versant nord pour trouver le premier passage de IV et faire le relais sur une plate-forme.

Contourner un gendarme par le sud et gagner le sommet d’un gendarme plus élancé où se trouve un rappel (on peut éviter le rappel en contournant le gendarme par le nord, IV).

Descendre à la brèche par le rappel.

Attaquer la paroi qui suit à droite du fil (IV+, 3 pitons) et gagner une plate-forme (1 piton de relais).

Tirer ensuite trois longueurs de 50 m (IV-, III) puis gagner un rappel surplombant une brèche.

Descendre par le rappel (6-7 m) à la brèche.

Par la dalle à droite (IV+, 2 pitons), rejoindre l’arête qui se couche.

Fini pour la partie raide, prendre pied à droite dans les gradins qui conduisent à pied au sommet (croix visible) sur 200 mètres.

Descente = Sur la voie normale qui suit la très longue vire qui traverse toute la paroi Sud Est (quelques protections main courante). Elle amène à une première brèche qu’on traverse. On contourne un rognon rocheux par la gauche et on gagne le Passo dei Detriti (le col des éboulis) et vise (Sud Ouest) bien en dessous le Refuge Remondino.

 


Accès au départ :

Depuis Borgo de Damazzo, suivre Terme di Valdieri, suivre la piste en terre jusqu’à un panneau indiquant l’accès au refuge Bozano, 2° panneau à 500 m plus haut que le premier (Gias delle Mosche, 1600 m, parking). Laisser la voiture à cet endroit. Monter au refuge BOZANO.


Photothèque de la sortie :