1 utilisateur a cet article dans la liste de souhaits

POINT D'INTERET

SITUATION

La vue depuis le port de Vénasque est une des plus grandes et belles surprisedes Pyrénées et mérite largement les quelques efforts nécessaires. L’accès au pic de Sauvegarde permet d’élargir la vue. Une des grandes (et guère difficiles) randonnées, à  ne pas manquer. Par conséquent, un défautla foule  !La randonnée proposée allie à  la fois un sommet , mais aussi une boucle  ;- Montée par le refuge du Boum environ 2 h (du nom des lacs du meme nom)- puis ascension au travers du port de Vensaque (ou la vue est (par beau temps) splendide),Pour faire une randonnée un tantiné sportif, pour la descente, rejoindre le port de Venasque, puis redescendre de quelques metres versant espagnol, puis filer à  gauche sur le port de l’Escalette et la Picade (compter 1 h 30 depuis le port de Venasque), puis le col de Montjoie (1 h de plus), et enfin , rejoindre la sente qui relie l’hospice de France à  l’Entecade en haut du plateau (3/4 heure) au dessus de la fontaine Rouge.Il ne restera alors qu’environ 3/4 heure pour rejoindre le parking.Retour / Descente

METEO

<a href="https://www.meteoblue.com/fr/meteo/widget/three/peyragudes_france_6559668?geoloc=fixed&nocurrent=0&noforecast=0&days=4&tempunit=CELSIUS&windunit=KILOMETER_PER_HOUR&layout=image" frameborder="0" scrolling="NO" allowtransparency="true" sandbox="allow-same-origin allow-scripts allow-popups allow-popups-to-escape-sandbox

CARTOGRAPHIE

TEXTE DE LA SORTIE

ACCES AU DEPART

Description

Luchon, route de Superbagneres, puis a gauche de la route direction Hospice de France.

Informations complémentaires

type_sortie

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.


Soyez le premier à laisser votre avis sur “Port de Venasque – Port de la Picade”

Pour survivre à l’hiver, certains animaux quittent la montagne pour des cieux plus cléments (migration), d’autres s’endorment bien à l’abri (hibernation), mais un bon nombre d’espèces reste présente et doit s’adapter pour faire face au froid. Les animaux continuent donc de se déplacer pour se nourrir et s’abriter. Pour la plupart, ils se cantonnent à un petit territoire qu’ils arpentent discrètement, attentifs aux risques d’une mauvaise rencontre. Dans la neige fraîche, leurs traces de pas sont facilement visibles. On peut voir quelques empreintes qu’il est difficile de suivre mais parfois de véritables pistes laissent deviner par où l’animal s’en est allé. Cette écriture est plus ou moins facile à déchiffrer. Selon la densité et la température de la neige, l’empreinte sera plus ou moins nette.

La vallée (moins de 1.000 m)
La vie y est facile, la température moyenne est de 15°. La période de végétation est
de 8 à 9 mois. C’est l’étage des CULTURES, des CHAMPS DE FLEURS, des FEUILLUS
comme le chêne, le châtaigner etc.
La forêt (de 1.000 à 2.000 m)
La température moyenne est plus basse : de 5 à 15°. La période de végétation dure
de 6 à 7 mois. C’est l’étage de la forêt où poussent des FORETS DE HETRES et en
montant en altitude, beaucoup de RESINEUX (sapins, pins).
Les alpages (de 2.000 à 3.000 m)
La température moyenne varie de 2 à 5°. Il n’y a pas beaucoup d’arbres car il fait
trop froid, il y a DES GRANDES ETENDUES D’HERBE (les alpages) et la végétation est rare.
La haute montagne (au-delà de 3.000 m)
La température moyenne se situe autour de 0°. Il y a des ROCHES, des NEIGES
ETERNELLES, des GLACIERS et très peu de végétation. Il fait encore plus froid et humide
sur le versant nord qui se trouve longtemps à l’ombre.