Citations
Accueil / Pyrénées / Pointe Jean Santé – Sud Est Classique Pic Midi d’Ossau (ou dit Pic Jean-Pierre : 2884 m)

Pointe Jean Santé – Sud Est Classique Pic Midi d’Ossau (ou dit Pic Jean-Pierre : 2884 m)

Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter :

Merci à Michel pour le partage de la journée.

Compter environ 12 heures au total !

06 / 07 heures (la course en elle même),

1h30 sur le retour par les « virettes »

Compter 1 h 15 du refuge au pied (approche)

(+ 1 h 15 mn pour la descente retour au refuge)

+ 45 mn de retour au parking

Météo du jour de la sortie soleil


Situation :

face Sud, en découverte complète du massif

2.884 m (sommet du Grand Pic), ou on n’arrive pas.


Cartographie :

C’est le 8 mai 1953 que A. Armengaud et J. Ravier découvrirent cet itinéraire très astucieux qui deviendra très vite une classique incontournable de la chaine pyrénéenne.

Matériel spécifique :
Jeu de friends et coinceurs, quelques (vieux) pitons en place.


Texte de la sortie :

1° jour – Depuis le col du Pourtalet

0H00 il faut d’abord franchir deux passerelles puis remonter un sentier en bon état qui se dirige au Nord-Ouest vers le col du Soum de Pombie.

1H00 Col du Soum de Pombie 2129 m. Le pic du Midi d’Ossau est déjà entièrement visible !

Se mettre à descendre au refuge et au lac de Pombie.

1H15 La descente à heureusement été courte et faiblement pentue ce qui ne sera pas trop pénible pour le retour (2031 m).

=> Refuge de Pombie (2032 m).

 

2° jour – Depuis le refuge de Pombie :

Approche : 30min

Le refuge de Pombie est bâti au pied du versant Sud et constitue le meilleur point de départ pour les escalades du massif. Depuis le refuge suivre le sentier du col de Suzon et remonter la Grande Raillère jusqu’au pied de la voie.

Itinéraire : 6h à 7 h.

L’attaque est située légèrement à gauche de la verticale abaissée du système de cheminées de la voie Jolly.

Gravir un dièdre barré par un petit genévrier (IV) qui mène à une terrasse.  Descendre la dalle inclinée qui fait suite vers l’Est, et après un enjambement délicat (IV+), remonter un système fissuré dans la même direction (III+) ; après une dépression, contourner un éperon sous un surplomb (IV) et continuer à parcourir les vires vers la droite (II).

A leur extrémité, gravir une dalle lisse (V+) puis les Escaliers Gris (IV+).

Poursuivre sur 2 longueurs par un dièdre (V+, V). Il mène à une grande terrasse.
Continuer les dièdres-cheminées sur deux longueurs (IV+, V).

Le passage en V est constitué d’une courte fissure protégée par un coin de bois, après laquelle on fait le relai sur une petite terrasse. Attention, ensuite ne pas bifurquer tout de suite sur la gauche (camalot jaune coincé). On continue tout droit par un court mur vertical, puis on entame une progression oblique à gauche par des gradins (IV+).

Un court dièdre athlétique (IV+) conduit à une petite terrasse.
Gravir la fissure qui suit sur 18m (V dont les 5 derniers mètres avant la vire sont particulièrement expo) ; ne pas la continuer (ou alors emmener du très gros friends), mais traverser à droite sur une vire bien protégeable.

Contourner puis remonter un éperon (V) qui mène au pied des profonds couloirs-cheminées de sortie. Remonter les couloirs-cheminées sur 3 longueurs (IV, pas de V). Ils aboutissent à la brèche de l’aiguillette Jolly.
Enjamber la brèche et surmonter un mur vertical (V) (ou faire un rappel de 10m, récupérer un relais sur corde et remonter dans des rochers fracturés, IV+). Traverser des dalles inclinées vers la gauche (III). Contourner un éperon pour rejoindre un point de rappel (25m) qui dépose dans un cirque.

La voie n’aboutit pas à un sommet proprement dit, mais on peut sans grande difficulté gagner le sommet de la Pointe Jean Santé. Au pied du rappel, gagner la crête en se dirigeant vers une aiguille caractéristique, le Pentagone. A l’W de celle-ci remonter une courte cheminée de blocs instables (III) et gagner une large vire sur le flanc nord de l’arête qui domine le couloir Pombie-Suzon. Passer une corniche (III) et gagner sans difficulté le sommet de la Pointe Jean Santé (compter 30min de plus que l’horaire précité).

Descente : 1h30

Après avoir effectué le rappel de 25m qui dépose dans un cirque, traverser les terrasses formées par le cirque (I, II) et rejoindre des vires qui filent vers le Sud. Les suivre (cairns), descendre une rampe, remonter un court dièdre vertical (III), contourner l’éperon en descendant des gradins vers le Sud-Ouest (II, III).  Un petit dièdre (III) et d’autres gradins que l’on désescalade mènent sur une grande terrasse (cairn). Descendre des rochers gris à droite et après avoir traversé un couloir bien marqué, en remonter d’autres. Descendre un petit couloir-cheminée jusqu’à un genévrier, traverser toujours vers la droite sous une zone d’écailles (III) et remonter à une petite brèche. La franchir. D’autres vires coupées par une marche (III) mènent à une terrasse qui domine un vaste cirque herbeux. Effectuer un rappel de 40m pour le rejoindre. De là, des sentes rejoignent la Grande Raillère au pied de neige éternelle (juillet 2015). Ce parcours décrit correspond à la descente de la voie des Vires.

Accès au départ :

Depuis Pau (64) prendre la direction d’Oloron-Sainte-Marie (N134) jusqu’à Gan.

Traverser le village de Gan (ne pas se rendre vers Oloron-Sainte-Marie) pour se diriger par la D934 vers Louvie-Juzon, Bielle, Laruns et plus généralement vers l’Espagne via le col du Pourtalet.

A la sortie de Laruns, laisser la montée vers Eaux Bonnes sur la gauche pour attaquer la montée du col du Pourtalet vers Gabas ainsi que la frontière

Traversez Gabas et continuer jusqu’à l’aire de stationnement du Anéou à 1km du sommet du col. Rien à signaler concernant cette montée de col classique. La route parfaitement goudronnée ne pose aucun problème.


Photothèque de la sortie :

image_pdfPDFImprimer

Sortie correspondante

Tuc des Armeros par Saut deth Pish (altitude 2.535 m)

Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter : Longue sortie (21 km) avec pas …

Laisser un commentaire