Citations
Accueil / Pyrénées / Grand Pic du Midi d’Ossau (ou dit Pic Jean-Pierre – altitude : 2884 m) : Traversée des 4 pointes

Grand Pic du Midi d’Ossau (ou dit Pic Jean-Pierre – altitude : 2884 m) : Traversée des 4 pointes

Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter :

08 / 09 heures (la course en elle même)

– Compter 1 h 15 du refuge au pied (approche)

– Compter 1 h 15 de la fin des difficultés au refuge

(+ 1 h 15 mn pour la montée aller au refuge)

(+ 1 h 15 mn pour la decente retour au refuge)

Soit environ 12 heures / 13 heures minimum au total

Météo du jour de la sortie soleil peu nuageux nuageux pluie neige


Situation :

face Sud, en découverte complète du massif

2.884 m (sommet du Grand Pic)


Cartographie :

Matériel spécifique :
Quelques friends et coinceurs, pitons.
Pas grand chose en place.
Présence de cairns après avoir atteint la fin de la face Nord du grand Pic.


Texte de la sortie :

1° jour – Depuis le col du Pourtalet

0H00 il faut d’abord franchir deux passerelles puis remonter un sentier en bon état qui se dirige au Nord-Ouest vers le col du Soum de Pombie.

1H00 Col du Soum de Pombie 2129 m. Le pic du Midi d’Ossau est déjà entièrement visible et vous vous dites ça va pas être de la tarte !

En chassant cette idée, se mettre à descendre au refuge et au lac de Pombie.

1H15 La descente à heureusement été courte et faiblement pentue ce qui ne sera pas trop pénible pour le retour (2031 m).

=> Refuge de Pombie (2032 m).

 

2° jour – Depuis le refuge de Pombie :

La voie démarre par un système de couloirs – cheminées que l’on remonte jusqu’à la brèche sous la pointe Jean Santé, puis remonte à la pointe d’Aragon en passant versant NE, et traverse de la pointe d’Aragon au Rein de Pombie pour rejoindre le sommet du Grand Pic. De là, il faut atteindre (descendre et remonter) le sommet du Petit Pic, puis redescendre l’arête des flammes de pierre

Montée à la brèche (Couloir Pombie-Peyreget) :

Du refuge de Pombie, rejoindre en remontant la grande raillère un couloir issu de la pointe Jean Santé, à l’W de celle ci. Viser une grande plaque orange à la base de la muraille de la pointe d’Aragon. Après un court ressaut, une vire ascendante vers la droite permet de faire relais contre la muraille de la pointe d’Aragon, sous une cheminée que l’on remonte (un pas de 4+) et dont l’on s’échappe à droite au dessus (pitons, sangles). On revient peu après dans la ligne principale du couloir, pour installer un bon relais dans la paroi de gauche, sous une partie raide, encaissée et infranchissable du couloir. De là, traverser franchement à droite sur 10m (protections à poser, IV+) pour sortir sur des terrasses et un terrain moins raide. On ne revient pas dans le couloir lui-même : monter en ascendance vers la droite (au plus facile), on trouve une couloir mi-herbeux qui monte vers la brèche entre la Pointe d’Aragon et la pointe Jean Santé. Un dernier mur (4 raide mais court) amène à la brèche. Aller-retour rapide à la Pointe Jean Santé (vires versant W).
Remarque : Les relais dans le couloir lui-même sont en place (ligne de rappel).

Montée à la Pointe d’Aragon (variante Barrio-Bellocq) :

L’attaque se fait à quelques mètres à gauche de la brèche. Il est à considérer qu’à partir de ce point, l’escalade monte d’un cran supérieur jusqu’à la sortie sous le Grand Pic. Monter directement puis virer à droite, on trouve une bonne terrasse. Une courte traversée horizontale (gros blocs arrondis) amène au pied d’un dièdre raide (relais, pitons en vue). Remonter le dièdre (V) puis la cheminée qui fait suite (IV), bonne terrasse et bon relais en haut. Suivre une vire facile qui monte vers la droite, la quitter au niveau d’une veine de rochers blancs pour virer franchement à gauche et rejoindre les terrasses S de la Pointe d’Aragon. On arrive au pied des fissures S de la Pointe d’Aragon : les deux se valent (IV+) Attention, certaines fissures nécessitent une légère manipulation (quitter le sac pour mieux se caler dans la cheminée / fissure).

Traversée vers le Rein de Pombie

De la pointe d’Aragon, suivre l’arête qui suit jusqu’au rein de Pombie : ensemble de 3 à 4, facile à protéger, mais demande beaucoup d’attention. Itinéraire évident dans l’ensemble, sauf… dans la remontée au Rein de Pombie, le bon passage (ou du moins historique et pittoresque) traverse l’arête d’E en W par une fissure passablement étroite : l’entrée est au niveau d’une terrasse constituée d’un empilement de blocs cyclopéens (la sortie débouche en terrain facile dominant le Cirque S, mais de toute façon une fois qu’on a l’entrée du trou, on ne peut plus se tromper…).
Remarque : ce passage fait gagner du temps, quand on sait où il est ! Sinon, l’arête passe aussi.
Du Rein de Pombie, jonction évidente et facile jusqu’à la Pointe d’Espagne

Descente du Grand Pic à la Fourche

Par les dalles blanches : grosso modo, descendre, d’abord vers l’W puis en revenant vers le S, jusqu’aux éboulis de la Fourche. Itinéraire délicat, inverse de cet itinéraire entre la Fourche et le Grand Pic. Rappels utiles, quoique ceux qui connaissent bien arrivent à s’en dispenser.

Remontée au Petit Pic

Suivre l’arête, un pas de IV, puis dalles faciles jusqu’au sommet.

Descente de l’arête de Peyreget

Du Petit Pic, descendre les dalles sommitales en direction de l’arête de Peyreget ; un rappel (35m, équipé) permet d’accéder aux zones faciles mais paumatoires de l’arête que l’itinéraire chevauche à droite où à gauche. D’abord, pentes herbeuses à droite (sens de la descente), puis sur l’arête, on contourne une zone de gendarmes par une traversée versant Pombie (gauche), retour sur le côté droit, et enfin col de Peyreget.

Retour / Descente :

retour par la voie normale.

Accès au départ :

Depuis Pau (64) prendre la direction d’Oloron-Sainte-Marie (N134) jusqu’à Gan.

Traverser le village de Gan (ne pas se rendre vers Oloron-Sainte-Marie) pour se diriger par la D934 vers Louvie-Juzon, Bielle, Laruns et plus généralement vers l’Espagne via le col du Pourtalet.

A la sortie de Laruns, laisser la montée vers Eaux Bonnes sur la gauche pour attaquer la montée du col du Pourtalet vers Gabas ainsi que la frontière

Traversez Gabas et continuer jusqu’à l’aire de stationnement du Anéou à 1km du sommet du col.

 

Rien à signaler concernant cette montée de col classique. La route parfaitement goudronnée ne pose aucun problème.


Photothèque de la sortie :

 

image_pdfPDFImprimer

Sortie correspondante

Tuc des Armeros par Saut deth Pish (altitude 2.535 m)

Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter : Longue sortie (21 km) avec pas …

Laisser un commentaire