Citations
Accueil / Pyrénées / Aragon / Congost Mont Rebei (altitude 580 m) – Passerelles du Montfalco (altitude 780 m)

Congost Mont Rebei (altitude 580 m) – Passerelles du Montfalco (altitude 780 m)

Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter :

  • A 2 heures de la frontière suspendufranco-espagnole, entre Aragon et Catalogne, le paysage devient aride, presque désertique, très méditerranéen.
  • La rivière Noguera de Ribagorçana, coule vers le sud. Elle propose une trace dans des reliefs montagneux et roches torturées, une longue faille de plusieurs kilomètres en suivant la route qui mène à Puente de Montañana.
  • Une faille a été aménagée, entre le Montsec de l’Estall en Aragon et le Montsec d’Arras en Catalogne. Un sentier creusé dans la roche a été ouvert avec une passerelle traverse la Noguera pour rejoindre les passerelles fixées dans la muraille mises en place en 2013.
  • Les activités proposées randonnées (signalisé comme GR-1 (Corçà – Pont de Muntanyana), chemin muletier creusé dans les parois de la falaise fluviale), via ferrata, escalade, mais aussi canoë car la rivière se remonte également en bateau depuis le lac de Canelles.
  • Montrebei est la seule grande gorge de Catalogne qui n’a pas subi les effets des infrastructures actuelles, il est préservé sans aucune route ou ligne électrique qui le traverse.
    • Mas Carlets : Une masia (ferme en Catalogne) reconvertie en refuge de randonnée et le lieu idéal pour remplir les gourdes d’eau.
    • Pont et passerelles de Montfalcó : Accès à la gorge depuis Aragon. Toute une aventure non appropriée pour les personnes avec des vertiges.
    • Cova de Colomera (caverne) : Un gouffre au milieu de la gorge, qui monte par un canal équipé. L’entrée est une grande brèche ouverte en diagonale, qui atteint les 48 m de hauteur et les 35 m de largeur.

Météo du jour de la sortie

soleil

Webcam : http://www.campingager.com/fr/camera-montsec/


Situation :

Les passerelles du Montfalco, en sierra de Montsec, longeant la Noguera Ribagorçana (Rivière d’un bleu turquoise magnifique), en passant par le congost (mot catalan signifiant canyon) de montrebei (sur un chemin taillé dans la roche à même la falaise – les parois hautes de 500 m environ sont proches de 50 m au plus près), se trouvent entre le Sud de la Catalogne et le Nord de l’Aragon.

Au début de l’itinéraire, un panneau d’information vous raconte l’histoire de cette route. Bien qu’au début du XXe siècle, un chemin ait été créé dans cette gorge, il a été inondé au milieu par la construction d’un barrage. C’est en 1982 que le chemin fut remit d’actualité.

Fin des réhabilitations en 2013, cette année-là, le gouvernement aragonais a inauguré le pont suspendu de la gorge de Seguer et les passerelles.

Environ 60 000 personnes visitent cette route chaque année.

A télécharger : Carte Orientation congost mont-rebei

A voir les randonnées possibles : http://www.alberguemontfalco.com/que-hacer/categoria/2/senderismo


Cartographie :


Texte de la sortie :
Marche au départ dans la province de Lleida près de la rivière Noguera Ribagorçana.
La Masieta (0:00 – 512m) , un espace où se trouve un grand parking (environ 150 places), un point d’information – avec un gardien qui peut fournir des informations sur la réserve naturelle, des toilettes et plusieurs tables de pique-nique. Le point d’information est ouvert à certaines heures, plus d’informations: masieta.montrebei@gmail.com

Les 30 premières minutes ne sont pas intéressantes mais permettent de voir quand même à droite, de l’autre côté de la rivière et au-dessus d’un précipice, 2 bâtiments du XIe siècle donnant sur l’entrée nord de la gorge, l’un religieux et l’autre militaire. Les arbres presque pétrifiés sont aussi à voir dans le lac avec les couleurs de la glaise ocre et l’eau calcite.

  • Le premier est l’ermitage roman de la Mare de Déu del Congost
  • et le second est le château de Girbeta , également connu sous le nom de Château des Maures (au Moyen Âge, c’était un territoire frontalier, porte du Ribagorza, très disputé par les Arabes et les Francs).

Pont du ravin de Sant Jaume (0:15 – 496m). Arrivée au défilé. Le spectacle commence une fois la première passerelle passée et le premier des deux ponts suspendus que nous allons traverser dans cette voie. Un pont qui balance sur nos pas, ne convient pas aux personnes ayant le vertige. Le défilé se découvre devant nous : profond, étroit, avec son chemin taillé dans la roche comme le chemin de la Mature dans le Béarn ou le chemin de la Carança dans les PO. Des mains courantes ont été installées pour ceux qui ont le vertige.

Déjà de l’autre côté du ravin, le chemin devient plus étroit. Le terrain de chênes verts et de sous-bois méditerranéens suit toujours les marques blanches et rouges du GR. La vallée devient de plus en plus étroite et en 15 minutes environ,
Début des gorges du Mont-rebei (0:30 – 502m) . Nous avons laissé à droite le vieux chemin des gorges et, lorsque le marais de Canelles est rempli d’eau, il est complètement recouvert. C’est une route dangereuse car elle n’est pas équipée et, en plus, des pierres peuvent tomber lors de glissements de terrain naturels ou causées par les promeneurs qui passent par le haut. Après un virage serré à gauche, flanquant un éperon rocheux, nous entrons dans les profondeurs du congost / canyon. Les hauts murs calcaires du Tertiaire abritent des plantes d’une grande beauté: la couronne du roi, certaines variétés de Sedum, le myconi Ramonda et d’autres plantes rupicoles.
Le chemin mène à un chemin creusé dans la paroi de la montagne en 1982, où passe le chemin GR-1. D’ici il n’y a pas de confusion puisqu’il n’y a qu’un moyen. Dans la gorge, le signal GPS est mauvais. Il y a des bancs pour se reposer à côté du terrain, idéal pour faire des photos. À un moment donné, la distance entre les deux parois de la gorge n’est que de 20 m

Peu de temps après avoir passé un petit tunnel, après un virage serré à gauche, le chemin passe par un petit torrent qui se jette dans la rivière. Ici, nous devons être très attentifs: à mi- chemin à notre gauche, il y a un chemin qui monte rapidement entre les chênes verts et les buis menant à la …

Grotte de Colomera / Cova Colomera (0:50 – 635m) : Des chaînes et des ferratas ont été installées pour faciliter l’accès. L’entrée de l’intérieur de la grotte est protégée.

La grotte de Colomera est un joyaux les plus précieux du canyon. Egalement connu comme la grotte Palomera ou la grotte de Las Gralles. En entrant un peu dans la grotte, nous verrons bientôt de profondes nids-de-poule pleins de taches blanches. Ce sont les excréments d’une colonie d’oiseaux rocheux qui nichent dans les trous, très nombreux et cachés, qui se trouvent sur le mur de la grotte. Si nous regardons le plafond de la grotte, nous verrons de nombreuses bandes tachées de noir : ce sont des restes de fumée de vieux feux. Un peu plus loin se trouve une grille en métal qui protège la partie la plus profonde et la plus sombre de la caverne. Il est commode de ne pas sauter cette clôture car il existe un site archéologique de grande valeur derrière où des restes de l’ancien néolithique, du néolithique tardif et de l’âge du bronze ont été découverts. Le refuge naturel fourni par cette grotte est utilisé par l’homme depuis l’Antiquité : la grotte de Colomera est devenue un important point de passage pour les routes de transhumance et pour la communication entre le nord et le sud, entre la région des Pyrénées et la plaine du Pla de Lleida.

De l’intérieur de la grotte, si nous regardons, le clair-obscur qui nous est présenté est fascinant: encadré par les murs noirs de roche que nous avons contre-jour, nous pouvons voir, sauvages, les précipices de plus de 500m de la bande aragonaise de la gorge, avec des centaines de chênes qui s’accrochent au petit espace offert par les corniches. Tout évoque un monde primitif et sauvage.

Au bout du sentier taillé, nous suivons un sentier toujours au Sud qui descend puis monte. Ceci est un avant gout pour les escaliers / passerelles que nous allons trouver plus haut.
Panneau Pertusa / Montfalcó (1:10 – 595m), avec explications de la zone naturelle du défilé de Mont-rebei et de la voie naturelle de Montfalcó. Nous tournons à droite en direction de Montfalcó, laissant derrière nous le GR 1 qui continue en direction du Mas Carlets et du Pertusa. Si nous baissons les yeux (SO), nous pouvons voir une gorge minuscule en comparaison de celle de Mont-rebei ; c’est la gorge de Seguer, qui est devenue importante depuis quelques années en raison de la construction d’un pont métallique suspendu qui communique à pied entre le Montsec d’Ares (catalan), le Montsec d’Estall (aragonais) et la ville de Montfalcó. On peut voir les passerelles en bois vertigineuses qui escaladent le mur aragonais. Ce sentier est devenu, avec les kayaks, l’attraction la plus populaire des gorges du Mont-Rebei.

Nous quittons le GR-1 et continuons à droite, en descendant maintenant, en direction du Congost de Siegué, où se trouve un autre pont suspendu,

Le pont suspendu (01:25) menant à Montfalcó relie à nouveau les deux pentes, séparées il y a 60 ans par le réservoir de Canelles.

Une fois descendus, nous continuons vers Montfalcó et après un bon moment, nous arrivons à une…

Première passerelle en bois (1:45) installée dans le mur vertical de la montagne. Les vues sont incroyables et le sentiment de marcher dans le vide indescriptible.

On continue un peu sur un chemin plus classique pour rejoindre une …

Seconde passerelle en bois (2:25), celle-ci un peu plus courte que la précédente, mais qui impressionne de la même manière. Nous l’abaissons et continuons sur un chemin qui mène à la forêt. Nous marchons à l’ombre, bien que nous continuions à monter.

Un nouvel arrêt à la Fuente de Montfalcó (environ 2h50). Des bancs sont installés près de cette fontaine. 15 minutes encore nous séparent … 

Montfalcó (environ 3 h).

Visiter l’ermitage de Santa Quiteria et de San Bonifacio (juste un peu au dessus (10mn)). Un petit ermitage en pierre construit dans un endroit difficile d’accès mais bénéficiant d’une vue privilégiée sur l’ensemble du congost à travers lequel coule la rivière Noguera Ribagorçana.

Retour par le chemin inverse.


Accès au départ :

Depuis la France, direction RN230 jusqu’à Viehla >> Puente de Montañana.

Plusieurs parkings possibles :

Parking de la Masieta :

Venant de Pont de Suert, parking idéal (le plus près de la France), et permet de faire le circuit dans le sens Montée d’abord puis descente, de quoi profiter du canyon 2 fois à des moments et lumières différents.

Parking ouvert de 7h30 à 19h45 seulement ; les barrières restent maintenant fermées.
En 2019 selon les saisons, il est parfois payant 5€, PAS DE CB.

Depuis le N : tunnel de Vielha >> Puente de Montañana. À la sortie, prendre à gauche pour Tremp puis après le pont tout de suite à droite (direction Congost de Montrebei). Suivre cette direction (indiquée) jusqu’au parking final.

Depuis le S : Benabarre >> Puente de Montañana, avant d’entrer, prendre à droite pour Tremp puis après le pont tout de suite à droite (direction Congost de Montrebei). Suivre cette direction (indiquée) jusqu’au parking final.

Parking de l’auberge de Montfalco : il se trouve au bout d’une piste carrossable d’une quinzaine de kilomètres qui débute dans le village de Viacamp, situé lui sur la route N-123 à l’est de Barbastro.

Restez sur la route principale que vous quitterez au village de Viacamp, sur votre gauche. Une petit déviation vers la droite permet de couper la route sans danger. Dans le village suivez la direction de l’auberge de Montfalco, des panneaux de bois vous guident, vous attaquez la piste sur la gauche à environ deux kilomètres de là au carrefour où vous laissez à droite la route du château de Viacamp. C’est parti pour 15km de piste et une bonne heure de trajet. Le sentier des passerelles démarre juste devant le refuge-auberge de Montfalco où un petit parking accueille un dizaine de voiture. Un grand parking à 600 m en aval est à votre disposition si celui de l’auberge est plein.


Photothèque de la sortie 2019 :

image_pdfPDFImprimer

Sortie correspondante

Gran Tuc de Sendrosa (altitude 2706 m)

Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter : En saison estivale, à savoir (pour …

Laisser un commentaire