Citations
Accueil / Pyrénées / Ariège / Tuc de Coucou (altitude 1.890 m) & Cap de la Raspe (altitude 2.033 m)

Tuc de Coucou (altitude 1.890 m) & Cap de la Raspe (altitude 2.033 m)

image_pdfTransfert PDFimage_printImprimer

Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter :

Des vues inoubliables sur le Couserans en Ariège.

De nombreuses cabanes (besset, dite du bomboï, du clot du lac, du col de part).

Cap de la Raspe : beaux gendarmes et une vue particulièrement à 360° degrés sur les sommets du Haut Couserans.

Tuc du Coucou : joli belvédère, particulièrement vers le Valier et sur le redoutable versant est de la mail de Bulard.

Météo du jour de la sortie soleil


Situation :

  • Près de la vallée de Biros et du Ribérot / Muscadet.
  • Au départ de la vallée d’Orle :

Ce col était très fréquenté avant l’avènement de l’automobile, permettant aux éleveurs, aux colporteurs, aux contrebandiers et lors de conflits de passer d’un versant à l’autre des Pyrénées centrales. En vertu des accords de lies et passeries entre les communautés montagnardes des deux versants, étaient exercées la jouissance indivise des pâturages d’altitude et une liberté de commercer. Le val d’Aran, sur le bassin versant de la Garonne qui y prend sa source, barré vers l’Espagne par la Maladeta notamment en hiver (le tunnel de Vielha ne sera ouvert qu’en 1948), était enclin naturellement à se fournir avec la France pour de très nombreuses marchandises. Le partage de la langue occitane facilitait encore ces échanges. Les importations d’Espagne étaient elles réduites au sel, à la laine de mouton, etc.

L’extraction minière en vallée du Biros a commencé en 1853 dans la mine de Bentaillou à Sentein. Plus haute d’Europe et à proximité immédiate du port d’Orle, la mine de la Mail de Bulard (2 350 m) a été ouverte en 1901, si dangereuse sur des pentes abruptes qu’elle fut qualifiée de « mangeuse d’hommes ». Ces deux mines étaient aussi reliées sur le versant espagnol aux mines de Montoulieu et du Fourcail. On y extrayait la blende (zinc) et la galène (plomb et argent) dans des conditions extrêmes, les minerais étant descendus vers la vallée d’Orle pour arriver à Lascoux (hameau de Bonac-Irazein) pour partie par des transbordeurs aériens et pour partie par voies ferroviaires.


Cartographie :


Texte de la sortie :

Monter et partir à droite, au fond du parking (panneau Port de l’Orle) en fond de vallée, surplombant le ruisseau d’Orle (direction sud).
Après environ 20 mn de marche maximum, on atteint la cote 976 mètres, et tourne à gauche en suivant le G.R. 10, balisage blanc et rouge. On monte alors d’abord un pré, puis par de nombreux lacets (47 en tout, vous compterez par vous même) en traversant la foret de Besset.
On croise le sentier Decauville, il faut poursuivre tout droit et monter toujours dans la forêt.
* Vers 1400m, on sort de la forêt, à 1540 mètres d’altitude, on trouve alors la cabane de Besset :
table et bancs, 5 à 8 couchages, matelas mousse, cheminée, mais pas de bois.
Continuer et monter en passant au dessus du refuge.
A présent sortie de la foret, à découvert, le sentier continue de monter en lacets assez réguliers en montée sur la croupe (est).
* Nous parvenons à la cabane du Clos-du-Lac, à 1821 mètres d’altitude : dite du  » Bomboï « :
10 couchages,en deux parties avec matelas, poêle à bois, table et bancs, pas de bois.
Aller / Retour Tuc de Coucou : Monter direction Nord, juste au dessus de la cabane, au Tuc du Coucou, 1890 m.

De la cabane du Clos du lac, on franchit au sud un petit sommet (1894m) ou bien on le contourne par la droite. Juste après on atteint le col de Part (1856m) où se trouve une cabane réservée pour les bergers.

Poursuivre toujours en montant, sans difficulté particulière, jusqu’au sommet du Cap de la Raspe (2033 m).

Retour par le chemin inverse.


Accès au départ :

Depuis Saint-Girons, direction Castillon-en-Couserans,

> A Audressein, partir à gauche par la D. 618.

> Les Bordes-sur-Lez

> Lascous par la D618, puis D4.

> Dans le village de Lascoux, suivre à gauche (pas de panneau en montant) la D704 en direction de la vallée d’Orle.

> Poursuivre cette route (parfois étroite) qui longe une vallée sur environ 6km, jusqu’au terminus de la route au niveau du parking de la Pucelle. On y trouvera : tables, barbecues, W.C., et de la place pour une dizaine de voitures, le tout à l’altitude 890 m.


Photothèque de la sortie automne 2018 :

Sortie correspondante

Pic de la Calabasse / Calebasse (altitude 2210 m)

Transfert PDFImprimerPoint d’intérêt / Informations complémentaires / A noter : Des vues inoubliables sur la …

Laisser un commentaire