Leonidio – Ura Ka (180 m).

Situation :

Léonidio / Léonido est un petit village paisible situé au sud-est du Péloponnèse à 3 H d’Athènes. Cette région va etre de plus en plus connue et réputée avec les ouvertures récentes (2014 – 2015) comme la nouvelle destination pour grimper au chaud en hiver.

L’automne, après la chaleur estivale, est la période parfaite pour aller grimper en Grèce.
Prévisions sur les sites www.noa.gr et www.weather.in.gr.


Cartographie :

Les secteurs de grimpe sont recencés (certains) ici

Avec le secteur de grandes voies nommé : Kokkinosvrachos sur la route de Vaskina.

topo kokkinosvrachos

 

kokkinobrachos_03


Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter :

Voici un extrait du topo édité en 2014 par Aris Theodoropoulos Greece/ Sport Climbing : The Best Of Editions Terrain, 2014, ISBN 978-960-9456-20-3, prix 35 Euros 320 pages, tout en couleurs, 16 cm par 21 cm.

Les plus belles escalades de cette Grèce toujours étonnante, car au delà des clichés plage-mer-soleil on découvre un pays très montagneux aux multiples parois, gorges et falaises. Ce topo, en anglais, est aisément compréhensible par tous car il est clair et précis tout en étant truffé d’infos aussi pratiques qu’utiles pour grimper et voyager. Particulièrement bien fait, dans la veine de celui de Kalymnos qui fait tant rêver, ce topo présente 29 sites, tous remarquables, de la Grèce continentale et de quelques îles. Plus de 2500 voies sont décrites pour tous les niveaux avec certes plus de voies en 7e et 8e degré qu’en 5e et 6 degré. Dans cette Grèce où il a toujours le soleil, la mer qui n’est jamais loin et une ambiance typique du Pays des Dieux, vous trouverez sans peine des ascensions inoubliables et pour les jours de repos il y a les visites touristiques réputées et les beautés naturelles du pays à ne pas manquer non plus. Certes la majorité des voies présentées dans cet excellent topo sont des « couennes » (voie d’une longueur) sur un calcaire « fait pour grimper » comme il y en a quasiment partout dans le pays. C’est surtout le Péloponnèse qui offre un grand nombre de secteurs, dont des récents mais à la réputation grandissante comme Nedousa, Zobolo ou Leonidio. Mais il y a également des surprenants itinéraires, longs de 500 à 600 mètres au rocher « béton » comme à Varasova ou sur certaines îles. Il faut évoquer l’intriguant conglomérat des Météores et son caractère expo malgré tout incontournable tant l’escalade est aussi déroutante que fascinante dans une ambiance unique avec ses fameux monastères construits aux sommets de tours, hautes jusqu’à 300 mètres. Un clin d’oeil tout de même à Athènes bordée par plus de 600 couennes, au pays des superlatifs elle est classée capitale de l’escalade d’Europe! Si la Grèce est en crise, l’escalade témoigne d’une étonnante vigueur et l’auteur peut être fier de ce coup de maître : présenter pour la première fois le monde vertical méconnu de son pays dans un ouvrage parfaitement réussi, mieux c’est même une référence parmi les topos. Chapeau très bas à Theodoropoulos qui nous fait partager avec passion et bonheur une Grèce si vivante où tout est possible. C. Remy

  • Les articles sur la presse qui en parlent (de plus en plus …) :

VERTICAL fin 2013

LES ALPES fin 2013


Texte de la sortie :

Secteur Kokkinosvrachos depuis 2° épingle sur la gauche sur la route de Vaskina (prendre la direction au centre du village en montant).

Voie très homogène dans les longueurs :

L1 : 6b, 35m

L2 : 6c+, 40m

L3 : 6c, 40m

L4 : 6c, 30m

L5 : 6b, 40m


Accès au départ :

Compter 3 h de voiture depuis Athenes, suivre Corinthe puis quitter l’autoroute direction Argos, et la route cotière Argos, … jusqu’à Léonido.

Pour se loger (chambre tout confort disponible pour 1, 2 ou 3 personnes [avec mezzanine et cheminée] et petite terrasse pour le petit déjeuner au soleil le matin …

http://www.hatzipanayiotis.gr/fr


Photothèque de la sortie 2015 :




Leonidio – Divers.

Situation :

Léonidio / Léonido est un petit village paisible situé au sud-est du Péloponnèse à 3 H d’Athènes. Cette région va etre de plus en plus connue et réputée avec les ouvertures récentes (2014 – 2015) comme la nouvelle destination pour grimper au chaud en hiver.

L’automne, après la chaleur estivale, est la période parfaite pour aller grimper en Grèce.
Prévisions sur les sites www.noa.gr et www.weather.in.gr.


Cartographie :

Les secteurs de grimpe sont recencés (certains) ici

Avec le secteur de grandes voies nommé : Kokkinosvrachos sur la route de Vaskina.

topo kokkinosvrachos


Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter :

Voici un extrait du topo édité en 2014 par Aris Theodoropoulos Greece/ Sport Climbing : The Best Of Editions Terrain, 2014, ISBN 978-960-9456-20-3, prix 35 Euros 320 pages, tout en couleurs, 16 cm par 21 cm.

Les plus belles escalades de cette Grèce toujours étonnante, car au delà des clichés plage-mer-soleil on découvre un pays très montagneux aux multiples parois, gorges et falaises. Ce topo, en anglais, est aisément compréhensible par tous car il est clair et précis tout en étant truffé d’infos aussi pratiques qu’utiles pour grimper et voyager. Particulièrement bien fait, dans la veine de celui de Kalymnos qui fait tant rêver, ce topo présente 29 sites, tous remarquables, de la Grèce continentale et de quelques îles. Plus de 2500 voies sont décrites pour tous les niveaux avec certes plus de voies en 7e et 8e degré qu’en 5e et 6 degré. Dans cette Grèce où il a toujours le soleil, la mer qui n’est jamais loin et une ambiance typique du Pays des Dieux, vous trouverez sans peine des ascensions inoubliables et pour les jours de repos il y a les visites touristiques réputées et les beautés naturelles du pays à ne pas manquer non plus. Certes la majorité des voies présentées dans cet excellent topo sont des « couennes » (voie d’une longueur) sur un calcaire « fait pour grimper » comme il y en a quasiment partout dans le pays. C’est surtout le Péloponnèse qui offre un grand nombre de secteurs, dont des récents mais à la réputation grandissante comme Nedousa, Zobolo ou Leonidio. Mais il y a également des surprenants itinéraires, longs de 500 à 600 mètres au rocher « béton » comme à Varasova ou sur certaines îles. Il faut évoquer l’intriguant conglomérat des Météores et son caractère expo malgré tout incontournable tant l’escalade est aussi déroutante que fascinante dans une ambiance unique avec ses fameux monastères construits aux sommets de tours, hautes jusqu’à 300 mètres. Un clin d’oeil tout de même à Athènes bordée par plus de 600 couennes, au pays des superlatifs elle est classée capitale de l’escalade d’Europe! Si la Grèce est en crise, l’escalade témoigne d’une étonnante vigueur et l’auteur peut être fier de ce coup de maître : présenter pour la première fois le monde vertical méconnu de son pays dans un ouvrage parfaitement réussi, mieux c’est même une référence parmi les topos. Chapeau très bas à Theodoropoulos qui nous fait partager avec passion et bonheur une Grèce si vivante où tout est possible. C. Remy

  • Les articles sur la presse qui en parlent (de plus en plus …) :

VERTICAL fin 2013

LES ALPES fin 2013


Texte de la sortie :

On citera les deux belles grandes voies « historiques » de la muraille Kokkinosvrachos :

Pillar of Fire (245 m)

Ura Ka (180 m)


Accès au départ :

Compter 3 h de voiture depuis Athenes, suivre Corinthe puis quitter l’autoroute direction Argos, et la route cotière Argos, … jusqu’à Léonido.

Pour se loger (chambre tout confort disponible pour 1, 2 ou 3 personnes [avec mezzanine et cheminée] et petite terrasse pour le petit déjeuner au soleil le matin …

http://www.hatzipanayiotis.gr/fr


Photothèque de la sortie 2015 :




Leonidio – Pillar of Fire (250m).

Situation :

Léonidio / Léonido est un petit village paisible situé au sud-est du Péloponnèse à 3 H d’Athènes. Cette région va etre de plus en plus connue et réputée avec les ouvertures récentes (2014 – 2015) comme la nouvelle destination pour grimper au chaud en hiver.

L’automne, après la chaleur estivale, est la période parfaite pour aller grimper en Grèce.
Prévisions sur les sites www.noa.gr et www.weather.in.gr.


Cartographie :

Les secteurs de grimpe sont recencés (certains) ici

Avec le secteur de grandes voies nommé : Kokkinosvrachos sur la route de Vaskina.

topo kokkinosvrachos


Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter :

Voici un extrait du topo édité en 2014 par Aris Theodoropoulos Greece/ Sport Climbing : The Best Of Editions Terrain, 2014, ISBN 978-960-9456-20-3, prix 35 Euros 320 pages, tout en couleurs, 16 cm par 21 cm.

Les plus belles escalades de cette Grèce toujours étonnante, car au delà des clichés plage-mer-soleil on découvre un pays très montagneux aux multiples parois, gorges et falaises. Ce topo, en anglais, est aisément compréhensible par tous car il est clair et précis tout en étant truffé d’infos aussi pratiques qu’utiles pour grimper et voyager. Particulièrement bien fait, dans la veine de celui de Kalymnos qui fait tant rêver, ce topo présente 29 sites, tous remarquables, de la Grèce continentale et de quelques îles. Plus de 2500 voies sont décrites pour tous les niveaux avec certes plus de voies en 7e et 8e degré qu’en 5e et 6 degré. Dans cette Grèce où il a toujours le soleil, la mer qui n’est jamais loin et une ambiance typique du Pays des Dieux, vous trouverez sans peine des ascensions inoubliables et pour les jours de repos il y a les visites touristiques réputées et les beautés naturelles du pays à ne pas manquer non plus. Certes la majorité des voies présentées dans cet excellent topo sont des « couennes » (voie d’une longueur) sur un calcaire « fait pour grimper » comme il y en a quasiment partout dans le pays. C’est surtout le Péloponnèse qui offre un grand nombre de secteurs, dont des récents mais à la réputation grandissante comme Nedousa, Zobolo ou Leonidio. Mais il y a également des surprenants itinéraires, longs de 500 à 600 mètres au rocher « béton » comme à Varasova ou sur certaines îles. Il faut évoquer l’intriguant conglomérat des Météores et son caractère expo malgré tout incontournable tant l’escalade est aussi déroutante que fascinante dans une ambiance unique avec ses fameux monastères construits aux sommets de tours, hautes jusqu’à 300 mètres. Un clin d’oeil tout de même à Athènes bordée par plus de 600 couennes, au pays des superlatifs elle est classée capitale de l’escalade d’Europe! Si la Grèce est en crise, l’escalade témoigne d’une étonnante vigueur et l’auteur peut être fier de ce coup de maître : présenter pour la première fois le monde vertical méconnu de son pays dans un ouvrage parfaitement réussi, mieux c’est même une référence parmi les topos. Chapeau très bas à Theodoropoulos qui nous fait partager avec passion et bonheur une Grèce si vivante où tout est possible. C. Remy

  • Les articles sur la presse qui en parlent (de plus en plus …) :

VERTICAL fin 2013

LES ALPES fin 2013


Texte de la sortie :

Secteur Kokkinosvrachos depuis 2° épingle sur la gauche sur la route de Vaskina (prendre la direction au centre du village en montant).

Pillar of Fire (245 m) :

pillar fire topo pillar fire


Accès au départ :

Compter 3 h de voiture depuis Athenes, suivre Corinthe puis quitter l’autoroute direction Argos, et la route cotière Argos, … jusqu’à Léonido.

Pour se loger (chambre tout confort disponible pour 1, 2 ou 3 personnes [avec mezzanine et cheminée] et petite terrasse pour le petit déjeuner au soleil le matin …

http://www.hatzipanayiotis.gr/fr


Photothèque de la sortie 2015 :




Météores – Divers.

Situation :

Au centre de l’ile, la capitale « religieuse des monastères (6 au total) » aussi connue par ses parois d’escalade avec du rocher conglomérat (mélange unique de cailloux, de galets et de plus grandes pierres entassées dans une surface de roche qui se solidifient comme le béton, mais qui est, en fait, un mélange de grès et de conglomérat). Le site, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1988, présente des contraintes et des zones interdites à l’escalade (notamment toutes les tours abritant un monastère).

Géologie : Les conglomérats de caractère des Météores ont été fixées il y a 60 millions d’années. Les matériaux ont été déposés autour de la plaine de Thessalie lorsque les eaux de la mer préhistoriques, qui couvraient autrefois la plaine, se sont retirées. Les pics rocheux et leurs lignes distinctes ont ensuite été révélés et sculptées au fil des millénaires, pouce par pouce, par les forces de tremblements de terre, l’eau et le vent.

L’automne, après la chaleur estivale, est la période parfaite pour aller grimper en Grèce.
Prévisions sur les sites www.noa.gr et www.weather.in.gr.


Cartographie :

plan meteors

Parfois, les pavés peuvent se détacher de la roche pour laisser des trous peu profonds à leur place. Au début, il peut être difficile de faire confiance à ces petits cailloux souvent en prise inversées, mais vous vous rendrez compte que, progressivement, ils sont solides – au moins sur les « voies normales », où la roche est plus propre et plus solide grâce à de nombreuses ascensions), falaises et grandes voies, presque 700 accès recensés aux sommets.


Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter :

Les Météores sont essentiellement composées de conglomérat, mais certaines zones sont en vrai calcaire. Si les grandes voies font jusqu’à 300 mètres de long, réparties sur 170 tours, on trouve aussi plusieurs couennes, aux Météores et dans les environs (Theopetra, Pyli and Mouzaki), ainsi qu’un site de blocs de grès situé à Rizoma à 10 km. Il y a peu de fissures, surtout des dalles et des cheminées.

L’escalade devient vite un peu engagée. Un gros rack de freins et coinceurs est donc moins nécessaire qu’une grosse marge et un gros moral. Le niveau moyen des grandes voies est concentré entre 5c et 6 b.

Ceux que l’excitation de l’engagement laisse de glace pourront s’éclater sur des falaises d’une seule longueur aux standards d’équipement modernes. Voici un extrait du topo édité en 2014 par Aris Theodoropoulos Greece/ Sport Climbing : The Best Of Editions Terrain, 2014, ISBN 978-960-9456-20-3, prix 35 Euros 320 pages, tout en couleurs, 16 cm par 21 cm.

Les plus belles escalades de cette Grèce toujours étonnante, car au delà des clichés plage-mer-soleil on découvre un pays très montagneux aux multiples parois, gorges et falaises. Ce topo, en anglais, est aisément compréhensible par tous car il est clair et précis tout en étant truffé d’infos aussi pratiques qu’utiles pour grimper et voyager. Particulièrement bien fait, dans la veine de celui de Kalymnos qui fait tant rêver, ce topo présente 29 sites, tous remarquables, de la Grèce continentale et de quelques îles. Plus de 2500 voies sont décrites pour tous les niveaux avec certes plus de voies en 7e et 8e degré qu’en 5e et 6 degré. Dans cette Grèce où il a toujours le soleil, la mer qui n’est jamais loin et une ambiance typique du Pays des Dieux, vous trouverez sans peine des ascensions inoubliables et pour les jours de repos il y a les visites touristiques réputées et les beautés naturelles du pays à ne pas manquer non plus. Certes la majorité des voies présentées dans cet excellent topo sont des « couennes » (voie d’une longueur) sur un calcaire « fait pour grimper » comme il y en a quasiment partout dans le pays. C’est surtout le Péloponnèse qui offre un grand nombre de secteurs, dont des récents mais à la réputation grandissante comme Nedousa, Zobolo ou Leonidio. Mais il y a également des surprenants itinéraires, longs de 500 à 600 mètres au rocher « béton » comme à Varasova ou sur certaines îles. Il faut évoquer l’intriguant conglomérat des Météores et son caractère expo malgré tout incontournable tant l’escalade est aussi déroutante que fascinante dans une ambiance unique avec ses fameux monastères construits aux sommets de tours, hautes jusqu’à 300 mètres. Un clin d’oeil tout de même à Athènes bordée par plus de 600 couennes, au pays des superlatifs elle est classée capitale de l’escalade d’Europe! Si la Grèce est en crise, l’escalade témoigne d’une étonnante vigueur et l’auteur peut être fier de ce coup de maître : présenter pour la première fois le monde vertical méconnu de son pays dans un ouvrage parfaitement réussi, mieux c’est même une référence parmi les topos. Chapeau très bas à Theodoropoulos qui nous fait partager avec passion et bonheur une Grèce si vivante où tout est possible. C. Remy


Texte de la sortie :

Généralement, l’escalade est technique, agréable, délicate, et pas très athlétique, sauf sur les voies dures. Bien que la plupart des voies aux Meteores sont équipées, dans de nombreux cas, le caractère est sportif et parfois en terrain d’aventure « trad », souvent dans des fissures ou des cheminées qui nécessitent des cams et des nuts.


Accès au départ :

  • Par le Nord de Prilep (camp de base 5) en Macédoine, prendre la M5 vers le Sud-Ouest, passer la frontière à Niki, prendre la nationale 2 plein Sud jusqu’à Deprano où on retrouve l’itinéraire de l’autoroute A2/E90 vers l’Ouest jusqu’à Panagia, puis la route nationale 6 au Sud jusqu’à Trikala.
  • Installation du camp de base au camping Vrachos au village Kastraki (Kalambaka / Kalampaka) qui propose quelques caravanes à louer et de nombreux emplacements de tentes.

http://www.campingkastraki.gr

(Tel +302432022293)

  • Les Météores sont une région très touristique, vous pourrez trouver moult hôtels, auberges, appartements.

Photothèque de la sortie 2015 :

 




Météores – Ambaria : Crete Sud Est (160 m).

Situation :

Au centre de l’ile, la capitale « religieuse des monastères (6 au total) » aussi connue par ses parois d’escalade avec du rocher conglomérat (mélange unique de cailloux, de galets et de plus grandes pierres entassées dans une surface de roche qui se solidifient comme le béton, mais qui est, en fait, un mélange de grès et de conglomérat). Le site, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1988, présente des contraintes et des zones interdites à l’escalade (notamment toutes les tours abritant un monastère).

Géologie : Les conglomérats de caractère des Météores ont été fixées il y a 60 millions d’années. Les matériaux ont été déposés autour de la plaine de Thessalie lorsque les eaux de la mer préhistoriques, qui couvraient autrefois la plaine, se sont retirées. Les pics rocheux et leurs lignes distinctes ont ensuite été révélés et sculptées au fil des millénaires, pouce par pouce, par les forces de tremblements de terre, l’eau et le vent.

L’automne, après la chaleur estivale, est la période parfaite pour aller grimper en Grèce.
Prévisions sur les sites www.noa.gr et www.weather.in.gr.


Cartographie :

plan meteors

Parfois, les pavés peuvent se détacher de la roche pour laisser des trous peu profonds à leur place. Au début, il peut être difficile de faire confiance à ces petits cailloux souvent en prise inversées, mais vous vous rendrez compte que, progressivement, ils sont solides – au moins sur les « voies normales », où la roche est plus propre et plus solide grâce à de nombreuses ascensions), falaises et grandes voies, presque 700 accès recensés aux sommets.


Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter :

Les Météores sont essentiellement composées de conglomérat, mais certaines zones sont en vrai calcaire. Si les grandes voies font jusqu’à 300 mètres de long, réparties sur 170 tours, on trouve aussi plusieurs couennes, aux Météores et dans les environs (Theopetra, Pyli and Mouzaki), ainsi qu’un site de blocs de grès situé à Rizoma à 10 km. Il y a peu de fissures, surtout des dalles et des cheminées.

L’escalade devient vite un peu engagée. Un gros rack de freins et coinceurs est donc moins nécessaire qu’une grosse marge et un gros moral. Le niveau moyen des grandes voies est concentré entre 5c et 6 b.

Ceux que l’excitation de l’engagement laisse de glace pourront s’éclater sur des falaises d’une seule longueur aux standards d’équipement modernes. Voici un extrait du topo édité en 2014 par Aris Theodoropoulos Greece/ Sport Climbing : The Best Of Editions Terrain, 2014, ISBN 978-960-9456-20-3, prix 35 Euros 320 pages, tout en couleurs, 16 cm par 21 cm.

Les plus belles escalades de cette Grèce toujours étonnante, car au delà des clichés plage-mer-soleil on découvre un pays très montagneux aux multiples parois, gorges et falaises. Ce topo, en anglais, est aisément compréhensible par tous car il est clair et précis tout en étant truffé d’infos aussi pratiques qu’utiles pour grimper et voyager. Particulièrement bien fait, dans la veine de celui de Kalymnos qui fait tant rêver, ce topo présente 29 sites, tous remarquables, de la Grèce continentale et de quelques îles. Plus de 2500 voies sont décrites pour tous les niveaux avec certes plus de voies en 7e et 8e degré qu’en 5e et 6 degré. Dans cette Grèce où il a toujours le soleil, la mer qui n’est jamais loin et une ambiance typique du Pays des Dieux, vous trouverez sans peine des ascensions inoubliables et pour les jours de repos il y a les visites touristiques réputées et les beautés naturelles du pays à ne pas manquer non plus. Certes la majorité des voies présentées dans cet excellent topo sont des « couennes » (voie d’une longueur) sur un calcaire « fait pour grimper » comme il y en a quasiment partout dans le pays. C’est surtout le Péloponnèse qui offre un grand nombre de secteurs, dont des récents mais à la réputation grandissante comme Nedousa, Zobolo ou Leonidio. Mais il y a également des surprenants itinéraires, longs de 500 à 600 mètres au rocher « béton » comme à Varasova ou sur certaines îles. Il faut évoquer l’intriguant conglomérat des Météores et son caractère expo malgré tout incontournable tant l’escalade est aussi déroutante que fascinante dans une ambiance unique avec ses fameux monastères construits aux sommets de tours, hautes jusqu’à 300 mètres. Un clin d’oeil tout de même à Athènes bordée par plus de 600 couennes, au pays des superlatifs elle est classée capitale de l’escalade d’Europe! Si la Grèce est en crise, l’escalade témoigne d’une étonnante vigueur et l’auteur peut être fier de ce coup de maître : présenter pour la première fois le monde vertical méconnu de son pays dans un ouvrage parfaitement réussi, mieux c’est même une référence parmi les topos. Chapeau très bas à Theodoropoulos qui nous fait partager avec passion et bonheur une Grèce si vivante où tout est possible. C. Remy


Texte de la sortie :

Généralement, l’escalade est technique, agréable, délicate, et pas très athlétique, sauf sur les voies dures. Bien que la plupart des voies aux Meteores sont équipées, dans de nombreux cas, le caractère est sportif et parfois en terrain d’aventure « trad », souvent dans des fissures ou des cheminées qui nécessitent des cams et des nuts.

L1 5c 10m Remonter la dalle pour faire le relais sur un arbre. Un seul spit protège la dalle, assez haut.
L2 5c 45m Traverser à droite, remonter un dièdre évident. 5c soutenu mais bien équipé. Relai (1 point) dans la niche du dessus, à l’extreme droite de celle ci.
L3 III Traverser vers la gauche pour atteindre la niche du dessus. Aucun point de protection. Relai à droite de la niche.
L4 III Traverser vers la gauche pour atteindre la niche du dessus. Aucun point de protection. Relai au milieu de la niche.
L5 III Remonter pour passer sous l’arche. Relai sur arbre. III végétatif !
L6 5b Traverser à droite, atteindre la niche (expo ! on peut sangler un arbre mais ca fera du tirage). A la sortie de cette niche, il y a un spit, mais pas visible de la niche. Ensuite remonter la dalle pour la niche supérieure. Relai à droite de celle ci.
L7 5c Sortir de la niche par la droite puis monter jusqu’au sommet en suivant l’arête.

DESCENTE : 

Aller au sommet, poursuivre vers le SW pour descendre en 4 rappels le long du pilier.


Accès au départ :

  • Par le Nord de Prilep (camp de base 5) en Macédoine, prendre la M5 vers le Sud-Ouest, passer la frontière à Niki, prendre la nationale 2 plein Sud jusqu’à Deprano où on retrouve l’itinéraire de l’autoroute A2/E90 vers l’Ouest jusqu’à Panagia, puis la route nationale 6 au Sud jusqu’à Trikala.
  • Installation du camp de base au camping Vrachos au village Kastraki (Kalambaka / Kalampaka) qui propose quelques caravanes à louer et de nombreux emplacements de tentes.

http://www.campingkastraki.gr

(Tel +302432022293)

  • Les Météores sont une région très touristique, vous pourrez trouver moult hôtels, auberges, appartements.

Photothèque de la sortie 2015 :

 




Météores – Doupiani : Face Sud Est (150 m).

Situation :

Au centre de l’ile, la capitale « religieuse des monastères (6 au total) » aussi connue par ses parois d’escalade avec du rocher conglomérat (mélange unique de cailloux, de galets et de plus grandes pierres entassées dans une surface de roche qui se solidifient comme le béton, mais qui est, en fait, un mélange de grès et de conglomérat). Le site, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1988, présente des contraintes et des zones interdites à l’escalade (notamment toutes les tours abritant un monastère).

Géologie : Les conglomérats de caractère des Météores ont été fixées il y a 60 millions d’années. Les matériaux ont été déposés autour de la plaine de Thessalie lorsque les eaux de la mer préhistoriques, qui couvraient autrefois la plaine, se sont retirées. Les pics rocheux et leurs lignes distinctes ont ensuite été révélés et sculptées au fil des millénaires, pouce par pouce, par les forces de tremblements de terre, l’eau et le vent.

L’automne, après la chaleur estivale, est la période parfaite pour aller grimper en Grèce.
Prévisions sur les sites www.noa.gr et www.weather.in.gr.


Cartographie :

plan meteors

Parfois, les pavés peuvent se détacher de la roche pour laisser des trous peu profonds à leur place. Au début, il peut être difficile de faire confiance à ces petits cailloux souvent en prise inversées, mais vous vous rendrez compte que, progressivement, ils sont solides – au moins sur les « voies normales », où la roche est plus propre et plus solide grâce à de nombreuses ascensions), falaises et grandes voies, presque 700 accès recensés aux sommets.


Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter :

Les Météores sont essentiellement composées de conglomérat, mais certaines zones sont en vrai calcaire. Si les grandes voies font jusqu’à 300 mètres de long, réparties sur 170 tours, on trouve aussi plusieurs couennes, aux Météores et dans les environs (Theopetra, Pyli and Mouzaki), ainsi qu’un site de blocs de grès situé à Rizoma à 10 km. Il y a peu de fissures, surtout des dalles et des cheminées.

L’escalade devient vite un peu engagée. Un gros rack de freins et coinceurs est donc moins nécessaire qu’une grosse marge et un gros moral. Le niveau moyen des grandes voies est concentré entre 5c et 6 b.

Ceux que l’excitation de l’engagement laisse de glace pourront s’éclater sur des falaises d’une seule longueur aux standards d’équipement modernes. Voici un extrait du topo édité en 2014 par Aris Theodoropoulos Greece/ Sport Climbing : The Best Of Editions Terrain, 2014, ISBN 978-960-9456-20-3, prix 35 Euros 320 pages, tout en couleurs, 16 cm par 21 cm.

Les plus belles escalades de cette Grèce toujours étonnante, car au delà des clichés plage-mer-soleil on découvre un pays très montagneux aux multiples parois, gorges et falaises. Ce topo, en anglais, est aisément compréhensible par tous car il est clair et précis tout en étant truffé d’infos aussi pratiques qu’utiles pour grimper et voyager. Particulièrement bien fait, dans la veine de celui de Kalymnos qui fait tant rêver, ce topo présente 29 sites, tous remarquables, de la Grèce continentale et de quelques îles. Plus de 2500 voies sont décrites pour tous les niveaux avec certes plus de voies en 7e et 8e degré qu’en 5e et 6 degré. Dans cette Grèce où il a toujours le soleil, la mer qui n’est jamais loin et une ambiance typique du Pays des Dieux, vous trouverez sans peine des ascensions inoubliables et pour les jours de repos il y a les visites touristiques réputées et les beautés naturelles du pays à ne pas manquer non plus. Certes la majorité des voies présentées dans cet excellent topo sont des « couennes » (voie d’une longueur) sur un calcaire « fait pour grimper » comme il y en a quasiment partout dans le pays. C’est surtout le Péloponnèse qui offre un grand nombre de secteurs, dont des récents mais à la réputation grandissante comme Nedousa, Zobolo ou Leonidio. Mais il y a également des surprenants itinéraires, longs de 500 à 600 mètres au rocher « béton » comme à Varasova ou sur certaines îles. Il faut évoquer l’intriguant conglomérat des Météores et son caractère expo malgré tout incontournable tant l’escalade est aussi déroutante que fascinante dans une ambiance unique avec ses fameux monastères construits aux sommets de tours, hautes jusqu’à 300 mètres. Un clin d’oeil tout de même à Athènes bordée par plus de 600 couennes, au pays des superlatifs elle est classée capitale de l’escalade d’Europe! Si la Grèce est en crise, l’escalade témoigne d’une étonnante vigueur et l’auteur peut être fier de ce coup de maître : présenter pour la première fois le monde vertical méconnu de son pays dans un ouvrage parfaitement réussi, mieux c’est même une référence parmi les topos. Chapeau très bas à Theodoropoulos qui nous fait partager avec passion et bonheur une Grèce si vivante où tout est possible. C. Remy


Texte de la sortie :

Généralement, l’escalade est technique, agréable, délicate, et pas très athlétique, sauf sur les voies dures. Bien que la plupart des voies aux Meteores sont équipées, dans de nombreux cas, le caractère est sportif et parfois en terrain d’aventure « trad », souvent dans des fissures ou des cheminées qui nécessitent des cams et des nuts.

  • Itinéraire offrant des vues magnifiques vers le secteur Metamorphosis/Varlaam/Ypsilotera.
  • Equipement intelligent mais parfois très aéré : pas plus d’un point tous les 10m dans les 4c du départ et tous les 5m dans les pas de 5c de L4…

Suivre l’arête, peu marquée, mais évidente sur 2 longueurs faciles et peu raides en dalles. De là L3 commence par une traversée ascendante à gauche pour rejoindre un beau pilier que l’on remonte par 5 mètres verticaux pour atteindre le relais. L4 est une longueur d’abord raide et pas évidente en dalle qui se couche par la suite.

L1 4c
L2 4c
L3 5b/c
L4 6a/6a+

DESCENTE : 

Du sommet prendre le sentier qui descend vers une épaule en direction du SW. Depuis l’épaule repérer 1 relais de rappel 5m en contrebas à rejoindre précautionneusement. Descente en 2 rappels de 30m jusqu’en bas du rocher, de là suivre vers l’E le sentier évident vers le parking de départ.


Accès au départ :

  • Par le Nord de Prilep (camp de base 5) en Macédoine, prendre la M5 vers le Sud-Ouest, passer la frontière à Niki, prendre la nationale 2 plein Sud jusqu’à Deprano où on retrouve l’itinéraire de l’autoroute A2/E90 vers l’Ouest jusqu’à Panagia, puis la route nationale 6 au Sud jusqu’à Trikala.
  • Installation du camp de base au camping Vrachos au village Kastraki (Kalambaka / Kalampaka) qui propose quelques caravanes à louer et de nombreux emplacements de tentes.

http://www.campingkastraki.gr

(Tel +302432022293)

  • Les Météores sont une région très touristique, vous pourrez trouver moult hôtels, auberges, appartements.

Photothèque de la sortie 2015 :