Conditions météo printemps et dictons

Pour ceux que le froid de mai étonne !

Petit rappel météorologique

Cette année la lune rousse sera très tardive. Il y aura donc des risques de gelées de printemps jusqu’au début du mois de juin.
Donc il gèle en avril.

Finalement rien de bien anormal. Surtout si on s’en tient au dicton d’entrée dans le mois : « En avril ne te découvre pas d’un fil ».
La réalité météorologique c’est que plus l’hiver aura été froid et d’autant, avec les inerties continentales, le réchauffement printanier sera lent. Se produit en avril et en mai un mouvement hasardeux de l’anticyclone des Açores, pas encore stabilisé, qui laisse passer les courants froids du nord.

Les Cavaliers du froid
Qu’on se rassure, ne disait-on pas dans les montagnes d’Auvergne « Sainte Emma (19 avril) voit la neige tomber/ Pour la dernière fois avant l’été. » Et pourtant, il faudra surveiller trois étapes avant d’être, dit-on, libéré complètement des risques de gels nocturnes.
Commençons par les grands chevaliers ou cavaliers du froid. Ils s’échelonnent du 23 avril au 6 mai avec Saint Georges (le 23) représenté souvent en chevalier pourchassant un dragon. Ces cavaliers sont Saint Marc (le 24), Saint Robert et Saint Eutrope (le 30), Saint Philippe (le 3), mais aussi Saint Vital (le 28), et saint Jean-Porte-Latine (le 6 mai). On les appelle aussi les saints grêleux.

Les Saints de glace
Viendront ensuite les saints de glace les 11, 12 et 13 mai appelés aussi “marchands de vin” pour leurs mauvaises manières faites aux vignes. Saints aux patronymes peu usités : Mamert (11), Pancrace (12), Servais (13).
Il faut y ajouter Boniface le 14. « Saint Servais, Saint Pancrace, Saint Mamert/Font tous les trois un petit hiver », dit un dicton du Bourbonnais.
Mais attention, il y aura saint Urbain le 25, il tient l’avenir dans sa main. Soit il brise la glace et l’été vient, soit il gèle tout…

La lune rousse
Enfin il y aura la lune rousse. C’est la lunaison qui suit le dimanche de Pâques et cette année elle est très tardive dans le calendrier car Pâques est très décalé au printemps. Cette lunaison est donc cette année, au calendrier, placée du 5 mai (nouvelle lune) au 2 juin (fin du mois lunaire). En raison des nuits claires qu’elle promet, elle est propice à accompagner les gelées blanches à l’aube.

Et on vous dira dans le Velay : « L’hiver n’est point passé/Que lune rousse n’ait décliné. »




Lama, Roskelley et Auer portés disparus en Alberta

Ils convoitaient une voie dans le parc national de Banff, en Alberta : M16, une voie difficile en mixte dans la face Est du Howse Peak, le plus haut sommet de la chaîne. Il semblerait avoir été ensevelis, mercredi, dans une avalanche «d’une ampleur considérable» dans les Rocheuses canadiennes.

David Lama est bien connu et ses exploits récents sur Lunag Ri (Népal), ses aventures dans les Dolomites.

https://www.escaladequebec.com/lama-roskelley-et-auer-portes-disparus-en-alberta/




Jacques Balmat, monsieur Mont-Blanc

L’alpiniste et guide, Jacques Balmat, apprend-on, le 8 août 1786, alors âgé de 24 ans est devenu, avec le docteur Paccard, le premier homme à conquérir le mont Blanc.

https://www.liberation.fr/sports/2019/03/23/jacques-balmat-monsieur-mont-blanc_1716548




Histoire de l’alpinisme

Récit d’un sport qu’on pratique en altitude, une course vers les cimes, le défi de l’homme face à l’immensité de la nature : l’histoire de l’alpinisme, au bord du précipice. Entre la cordée et le piolet, voici la trentième étape de notre safari au pays de la culture de masse.

Gaston Rébuffat fait partie de la première équipe, avec Louis Lachenal, Lionnel Terray et Maurice Herzog, à gravir « un 8000 » : l’Annapurna (8091 mètres).

Ce qui est important c’est de bien garder la tête sur les épaules. En football, en général si ça va mal on se déboîte un ménisque. À ski on se casse une jambe. En montagne, on se tue. C’est du tarif réduit, du courage à très bon marché, soit-disant, d’avoir le goût du risque.

 

 




Alpinisme et photographie, histoires croisées et parallèles

Plusieurs dimensions au programme :

Documentaire : pour montrer un spectacle inédit : (photo) frères Bisson réussissent à photographier le sommet du Mont-Blanc en 1861 et partagent la vue qui s’offre au regard à 4810 mètres d’altitude… Il faut imaginer qu’ils ont fait l’ascension, accompagnés de porteurs, avec la chambre photographique, le collodion et tous les moyens pour développer dans les tentes obscures, les clichés qu’ils prenaient.

Scientifique : « enregistrer le réel afin de le connaître. »

https://www.franceinter.fr/amp/culture/alpinisme-pourquoi-ce-sport-a-t-il-ete-autant-photographie-et-cela-des-ses-premiers-jours




Montagne | nouveaux visages des 100 plus belles courses de G. Rebuffat

Les 100 plus belles ascensions recensées en 1973 pour le livre culte de Gaston Rébuffat (Denoël). Verdict : trois d’entre elles ont littéralement été rayées de la carte, 26 ont été fortement modifiées et 34 modérément modifiées. Bref, un tiers sont devenues infréquentables en été, ou alors avec une certaine prise de risques et près de 60% ont changé de visage.

https://www.ledauphine.com/montagne/2019/03/27/mont-blanc-les-100-plus-belles-courses-defigurees