Japon : TOKYO – visite jardins HAMA-RIKYU

Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter :

Ce jardin de promenade (kaiyū-shiki) se trouve à proximité du quartier de Shiodome, dans l’arrondissement de Chūō, à l’embouchure de la Sumida dans la baie de Tokyo. Sa superficie est de 25 hectares, et il est bordé sur trois côtés par une douve remplie d’eau de mer.

Le jardin existe depuis le xviie siècle ; à ses débuts, il faisait partie d’une villa de la famille Tokugawa1. Il est ouvert au public depuis 1946.

C’est un des 29 « sites à la beauté exceptionnelle du paysage » du Japon, selon la classification du ministère de la culture (MEXT).

Le jardin se divise en deux parties : la plus ancienne (époque d’Edo) au sud, centrée sur l’ancien jardin du daimyo, et où se trouve une lagune qui se remplit à marée haute, et un jardin plus récent au nord, aménagé durant l’ère Meiji.


Météo du jour de la sortie soleil


Situation :

Visite des différents quartiers de Tokyo.

quartiers_de_tokyo


Cartographie :

HAMA-RIKYU GARDEN


Texte de la sortie :

  • HAMA-RIKYU GARDEN

Hama-Rikyu est un jardin japonais de 25 hectares situé dans le quartier de Tsukiji, donnant sur la baie de Tokyo dans l’arrondissement de Chuo. Les gratte-ciels du centre d’affaire de Shiodome qui surplombent la promenade dénotent avec l’aspect traditionnel du parc, créé au XVIIe siècle et classé « site à la beauté exceptionnelle » par le Ministère de la Culture au Japon.

Tout près du célèbre marché aux poissons de Tsukiji se trouvent les jardins Hama-Rikyû, qui offrent une belle balade reposante. Le point d’intérêt principal est cette vue autour de l’étang Shinori no Ike. Le niveau de l’eau a cette particularité de suivre les horaires de marées, et donc de fluctuer. N’oubliez pas de passer par la maison de thé, Nakajima, qui donne directement sur l’étang. Détente assurée !

Derrière les grands arbres de Hama-Rikyu se dessinent les immeubles résidentiels modernes et des bureaux au mètre carré très cher. Après tout, on n’est pas si loin de Ginza ou tout simplement du centre de la capitale, et donc des quartiers d’affaires.

 


Accès au départ :

Tres facilement accessible depuis GINZA.


Photothèque de la (des) sortie(s) :




Japon : TOKYO – visite ville

Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter :

La mégalopole de Tokyo compte aujourd’hui plus de 35 millions d’habitant, ce qui en fait la ville la plus peuplée au monde. Elle représente aujourd’hui environ un tiers de la population japonaise.
C’est aussi grâce à sa banlieue que Tokyo compte autant d’habitant, la deuxième plus grande ville du japon (en habitant) est Yokohama situé en périphérie de Tokyo. Malgré son grand nombres d’habitants, Tokyo reste une ville très sécurisé. La politesse et courtoisie des Japonais en font des personnes calme, un climat paisible regne donc sur toute la ville.En effet Tokyo est certainement la métropole la plus sûre du monde en terme de délinquance.
Pour ce qui est de la propreté, dans l’ensemble Tokyo reste une ville très propres, mis à part quelques quartiers (tel que shibuya et shinjuku) qui sont un peu sale. Cependant la pollution atmosphérique reste très élevée bien que celle ci ai baissée ces dernières années.


Météo du jour de la sortie soleil


Situation :

Visite des différents quartiers de Tokyo.

quartiers_de_tokyo


Cartographie :

carte garden tokyo


Texte de la sortie :

  • TOKYO TOWER : panorama de la Tour de Tokyo de la plateforme d’observation.

tour rouge et blanche située dans l’arrondissement de Minato à Tokyo au Japon. Son concept est fondé sur celui de la tour Eiffel de Paris. Elle a été réalisée par l’architecte Tachū Naitō.

La tour mesure 332,6 mètres de haut (soit 7,6 mètres de plus que la tour Eiffel, qui en mesure 325 en comprenant son antenne) ce qui en fait l’une des plus hautes tours en métal du monde. L’édifice ne pèse que 4 000 tonnes, ce qui est bien moins que les 10 100 tonnes de la tour Eiffel. La construction démarre en 1957 et s’achève en 1958. La tour ouvre au public le 23 décembre de la même année. 176 ampoules réparties à différents endroits éclairent la tour. L’hiver, elle est illuminée en orange et l’été en blanc. L’antenne dominant la tour s’est tordue lors du séisme du 11 mars 2011.

 

  • MEIJI SHRINE
    Un bon exemple de l’architecture Japanese shrine. Le Meiji-jingū est en fait constitué de deux complexes :

– le principal, parfois appelé naien (内苑?), littéralement « jardin intérieur », où se trouve le sanctuaire,

– gaien (外苑?), littéralement « jardin extérieur », situé à plus d’un kilomètre à l’est.

– Le sanctuaire est au centre du Meiji-jingū gyoen (明治神宮御苑?), le jardin impérial, qui s’étend sur 700 000 m2 et comptait en 2008 près de 170 000 arbres de 245 espèces différentes. On y trouve en outre un champ de 1 500 iris de plus de 150 espèces différentes.

– Le chemin principal menant au sanctuaire est ouvert par un torii en bois de cèdre de 12 mètres de hauteur, ce qui en fait le plus haut du Japon.

– Outre le kaguraden, les bâtiments du sanctuaire sont le honden (本殿?), bâtiment principal construit dans les règles du style nagare-zukuri,

– le noritoden (祝詞殿?) où la liturgie est récitée, le naihaiden (内拝殿?), le gehaiden (外拝殿?), le shinko (神庫?) pour les objets sacrés et le shinsenjo (神饌所?) pour les offrandes.

– Le dojo shiseikan se trouve au nord du site à côté du musée, appelé hōmotsuden (宝物殿?, lit. « sanctuaire aux trésors »), et exposant les portraits des Empereurs ainsi que des objets leur ayant appartenu.

– Au sud du jardin du sanctuaire se trouve le parc Yoyogi, qui s’étend sur 540 000 m2.

  • NATIONAL DIET BUILDING

Passage devant les immeubles du gouvernement. Le bâtiment de la Diète nationale (国会議事堂, Kokkai-gijidō?) est l’endroit où se réunissent les deux chambres de la Diète du Japon, le parlement japonais.

Les sessions de la Chambre des représentants se tiennent dans l’aile sud (ou gauche) tandis que les sessions de la Chambre des conseillers se tiennent dans l’aile nord (ou droite).

Achevé en 1936, le bâtiment de la Diète est construit uniquement à partir de matériaux de construction japonais, à l’exception des vitraux, des serrures de porte et du système de tubes pneumatiques.

 

  • IMPERIAL PALACE EAST GARDEN
    Marche dans le « East Garden of the Imperial Palace »,  a savoir Lundi et Vendredi quand East Garden est fermé.

Les Jardins du Palais Impérial Oriental (皇居 東 御苑, Kōkyo Higashi Gyoen) font partie de la zone intérieure du palais et sont ouverts au public. Ils sont l’ancien site des cercles les plus intimes du château d’ Edo de la défense, le honmaru («cercle principal») et ninomaru («cercle secondaire»). Aucun des bâtiments principaux ne subsiste encore aujourd’hui, mais les fossés, les murs, les portes d’entrée et plusieurs barrières existent toujours.

Edo Castle a été la résidence du shogun Tokugawa qui a régné le Japon de 1603 à 1867 . L’empereur Meiji y résida aussi de 1868 à 1888 avant de déménager dans le nouveau palais impérial .

 

  • ASAKUSA KANNON TEMPLE & NAKAMISE SHOPPING STREET : active shopping rue Nakamise menant au finest Buddhist temples in Japan.

– Le Sensō-ji (金龍山浅草寺, Kinryū-zan Sensō-ji?) est un temple bouddhiste situé à Tōkyō, dans le quartier d’Asakusa (arrondissement de Taitō). C’est le plus vieux temple de la capitale japonaise ; il est dédié à la déesse bodhisattva Kannon. On y célèbre le troisième week-end de mai la Sanja Matsuri, qui attire tous les ans entre 1,5 et 2 millions de visiteurs, Japonais ou étrangers.

– Nakamise-dori
À commencer par cette longue allée marchande, appelée Nakamise-dori, qui joint la majestueuse porte Kaminari-mon au bâtiment principal du temple. Depuis des siècles dit-on, les commerces se battent pour vendre leur pacotille à prix fort ! Habitués à voir défiler des hordes de visiteurs étrangers (principalement chinois et coréens) toute l’année, pas étonnant que les commerçants soient globalement plus désagréables qu’ailleurs au Japon.

Ouverts en continu jusqu’en soirée, près de 90 magasins défilent sur 250 mètres. Entre stands de nourriture et boutiques de souvenirs populaires, les visiteurs ont l’embarras du choix. Ainsi les brochettes de dango rivalisent avec les dorayaki à la patate douce ou haricot rouge. Côté breloques, les touristes peuvent repartir avec la panoplie complète pour la décoration typique d’un restaurant asiatique vu de l’Occident : statue de chat maneki-neko, lanterne rouge en lampion, tissu japonais furoshiki et épée katana en forme de jouet.

 

  • UENO AND AKIHABARA

Ce quartier est très fréquenté par les geeks et otakus regroupe foisons d’arcades, de salles de jeux (pachinkos) et boutiques spécialisées en électronique, mangas, jeux, figurines, bref des articles les plus basiques ou plus extraordinaires. Les immeubles sont tapissés par des affiches géantes illustrant des personnages de dessins animés, de jeux vidéos, ou des photos d’idoles.

 


Accès au départ :


Photothèque de la (des) sortie(s) :




Japon : TOKYO – Mont FujiYama (3776 m)

Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter :

Le mont Fuji (富士山, Fujisan?) est une montagne du centre du Japon qui se trouve sur la côte sud de l’île de Honshū, au sud-ouest de l’agglomération de Tokyo.

Il est le point culminant du Japon. Situé dans une région où se rejoignent les plaques tectoniques pacifique, eurasienne et philippine, la montagne est un stratovolcan toujours considéré comme actif, sa dernière éruption s’étant produite fin 17072, bien que le risque éruptif soit actuellement considéré comme faible.

À son sommet a été construit un observatoire météorologique et malgré les conditions climatiques rigoureuses, la montagne est une destination extrêmement populaire en particulier pour les Japonais, qu’ils soient shintoïstes ou bouddhistes, en raison de sa forme caractéristique et du symbolisme religieux traditionnel qu’il représente. Il a ainsi été le sujet principal ou le cadre de nombreuses œuvres artistiques, notamment picturales au cours des siècles. Pourtant, cette fréquentation fragilise l’environnement.

Le 22 juin 2013, il est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO sous le titre « Fujisan, lieu sacré et source d’inspiration artistique ».

Il a été l’objet d’un attachement tout particulier des peintres japonais du xixe siècle qui, comme le maître de l’estampe nipponne Katsushika Hokusai (17601849) avec ses Trente-six vues du mont Fuji (Fugaku Sanjūrokkei, 1831), ont fortement influencé l’impressionnisme européen. En 1835, le même Hokusai publie sa série les Cent vues du Mont Fuji (Fugaku Hyakkei) sous la forme de trois livres en noir et gris.


Météo du jour de la sortie soleil


Situation : NON REALISE CAR PRESENCE DE NEIGE / GLACE

L’ascension du mont Fuji est relativement aisée bien que pouvant se révéler éprouvante du fait de la grande distance horizontale à parcourir entre le lieu de départ pédestre et le sommet.

Il arrive que ses sentiers soient bondés, le volcan étant un lieu de pèlerinage populaire, hormis en hiver lorsqu’il est alors recouvert de neige et de glace.

La période la plus fréquentée pour gravir le mont Fuji dure du 1er juillet au 27 août en raison de l’ouverture estivale des refuges et autres commodités touristiques ainsi que de la circulation des bus jusqu’à la cinquième station, la dernière accessible par la route et la plus proche du sommet.

Jusqu’à fin mai, le mont Fuji offre différents itinéraires de ski de randonnée sur son versant Nord-Est, à partir de la 5e station (2 300 m). La route d’accès est ouverte à partir de 3 heures du matin.

Depuis 2012, un ultra-trail appelé Ultra-Trail Mt.Fuji se dispute chaque année en avril au pied du mont Fuji. L’épreuve intègre l’Ultra-Trail World Tour en tant que cinquième étape d’un circuit mondial de dix courses lors de sa fondation en 2013.


Cartographie :

Fin16-Debut17 J02- Tokyo Mont Fujiyama 20161226_001

Fin16-Debut17 J02- Tokyo Mont Fujiyama 20161226_033

 


Texte de la sortie :

Pour en savoir plus sur le tour organisé par GRAY LINE.

  • MT. FUJI 5TH STATION Enjoy a panoramic view from the 5th station.

voir texte plus haut.

  • HAKONE SKY GONDOLA Ropeway

Directement en lien avec les ferrys faisant la croisière sur le lac Ashi, le funitel d’Owakudani offre la meilleure vue sur mont Fuji. C’est par cette ligne que l’on accède aux sources chaudes d’Owakudani nourries par le volcanisme.

En 2015 le volcanisme a entraîné la fermeture de la ligne sur toute sa longueur par mesure de sécurité. L’éruption redoutée n’a depuis pas eu lieu et le niveau de risque baisse régulièrement au point que la ligne a été en partie rouverte. On ne peut toujours pas accéder à Owakudani et tout le monde descendra à la station Ubako pour continuer en bus jusqu’à Sounzan. Vous aurez ainsi la possibilité de faire le circuit habituel d’Hakone, voir le Mont Fuji et sentir le souffre des sources.
Le téléphérique Hakone-Komagatake

Il existe cependant une solution de rechange moins connue. Un deuxième téléphérique plus ancien permet d’accéder au sommet du Mont Komagatake, une ancienne cheminée du volcan d’Hakone, depuis les rives du lac Ashi.

Après un trajet de deux kilomètres vous arriverez sur un sommet venteux où se trouve un sanctuaire shinto isolé qui fut l’emplacement originel du sanctuaire d’Hakone-jinja, aujourd’hui déplacé. Les fumerolles d’Owakudani sont visibles depuis ce point de vue ainsi que le Mont Fuji. De là on peut aussi contempler le lac Ashi dans sa totalité. Le plus : le Mont Komagatake est couvert d’une végétation rase de moyenne montagne qui lui donne l’apparence d’un véritable parc. Les amoureux de marche à pied ne feront qu’une bouchée des deux kilomètres qui séparent le téléphérique de l’actuel Hakone-jinja. Les autres pourront se rabattre sur des bus réguliers.

Que ce soit pour la photo, pour la nature, pour le bol d’air frais ou simplement pour la beauté du site, les funitels d’Hakone restent une des activités incontournables autour du Mont Fuji.

  • OWAKUDANI VALLEY

Le cratère du mont Kami auquel est accolée la vallée est le résultat de la dernière éruption du mont Hakone il y a environ 3 000 ans. L’activité actuelle autour des émanations de soufre résulte d’importants glissements de terrain survenus dans le passé. Des opérations de consolidation notamment avec l’aide de béton sont en cours depuis plusieurs décennies sur la zone

  • PIRATE BOAT CRUISE ON LAKE ASHI : Le Fuji depuis le lac Ashi

Le train s’arrête et le funiculaire le remplace. Les cabines grimpent puis redescendent, l’œuf arrive à Owakudani, site volcanique et halte potentielle pour une visite au milieu des fumées nauséabondes, pour une dégustation d’œufs noirs cuits à l’eau chargée de souffre. Curiosité d’Hakone s’il en est. Mais le funiculaire poursuit sa route pour parvenir à Togendai, au nord du Lac Ashi, que des navettes ou des bateaux pirates touristiques traversent, laissant découvrir le torii vermillon du Hakone-jinja, brisant la surface immobile et avec elle le reflet de Fuji-san, ses neiges éternelles, les images qu’il renvoie, de sa base à son sommet, des forêts aux nuages qui l’encapuchonnent. La pendule est presque remontée lorsque le navire s’arrête sur la rive Sud, du côté de Hakone-machi ou de Moto-Hakone, les deux villes principales du lac.

  • RETURN TO TOKYO BY BULLET TRAIN (SHINKANSEN)

Le Shinkansen (新幹線?) est le système de train à grande vitesse en service au Japon. Ce nom (lit. « nouvelle ligne interurbaine ») désigne aussi bien les trains que l’infrastructure. L’utilisation d’un ensemble de lignes réservées et les techniques employées ont fait du Shinkansen un précurseur et du Japon le pionnier de la grande vitesse ferroviaire lors de sa mise en service en 1964. Les rames du Shinkansen sont aujourd’hui mondialement reconnues pour leur confort, leur fiabilité et leur sécurité, ainsi que pour leur gestion des plus rigoureuses (ponctualité, propreté, prestations de services). La vitesse maximale a également connu une augmentation en passant de 210 km/h à 320 km/h4 (rames Hayabusa).

 


Accès au départ :


Photothèque de la (des) sortie(s) :




Japon : TOKYO – quartier Ginza

Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter :

Lorsque la capitale du Japon devient Edo en 1602, Ginza qui était une zone marécageuse est assainie et devient un pôle d’attraction pour les marchands et commerçants.  Littéralement « monnaie d’argent », se trouve dans l’arrondissement de Chūō.

Les passionnés d’architecture contemporaine viennent y admirer des édifices tendant à une perfection novatrice des lignes et des formes.

Illuminations de Noël—  Au cours de la période de Noël, les rues de Ginza sont illuminées. Les illuminations commencent le 15 novembre.

  • 126 arbres de la rue Ginzanamiki sont décorés avec 75 000 ampoules,
  • 76 arbres de la rue Hanatsubaki sont décorés de 35 000 ampoules en forme d’étoiles.

Météo du jour de la sortie soleil


Situation :

Dans les années 1980, Ginza était le quartier commerçant le plus cher au monde. On y trouve encore aujourd’hui le long de grandes avenues de nombreuses boutiques de mode (notamment des marques de luxe de renommées internationales), mais aussi des showroom à la japonaise, c’est-à-dire des bâtiments d’exposition, assez découpés, où l’on peut découvrir différents produits, par exemple des voitures dans le showroom Nissan, de l’électronique grand public au cœur du Sony Building ou dans l’Apple Store. Le quartier est aussi connu pour l’abondance de ses enseignes lumineuses.

Ginza a toujours été un quartier important au Japon. C’est ici qu’ont été construites les premières routes pavées du pays et que le premier tram a roulé. Par deux fois, au 19e et au 20e siècle les rues furent complètement détruites par un incendie puis par un tremblement de terre et reconstruites entièrement. Aujourd’hui Ginza est synonyme de luxe et de qualité. De nombreux produits ou établissements japonais portent d’ailleurs le nom ou la mention « Ginza » comme on trouverait le nom « Paris » sous la marque d’un produit cosmétique français.

Le week-end, Chūō-dōri devient le paradis des piétons, la rue étant fermée à la circulation automobile pendant la journée. Vous pouvez profiter de la musique de rue (rien de trop fort), des colporteurs vendant des marionnettes magiques qui dansent sans chaînes, et des tas d’autres gens


Cartographie :

tokyo_guide

tokyo_map


Texte de la sortie :

On connaît surtout Ginza pour sa grande rue (Chuô-dori) bordée de boutiques de luxe aux enseignes de grands designers français ou italiens et ses grands centres commerciaux, eux aussi proposant des articles réservés à une clientèle aisée.

Mais Ginza ce n’est pas seulement une grande rue, on y trouve une foultitude d’endroits intéressants et pas toujours très chers. Certains restaurants ou izakaya sont même moins chers dans les petites rues de Ginza qu’ailleurs dans la capitale. On peut également se divertir gratuitement en visitant les Showrooms de Sony ou d’Apple.

Sony Building

Le Sony Building est un bâtiment de plusieurs étages dans lequel tous les derniers produits Sony sont exposés, c’est un peu une vitrine géante. L’entrée est gratuite et on peut y tester les produits, et en acheter certains. Régulièrement des produits sont présentés en exclusivité au Sony Building.

Apple Store

Un peu comme pour Sony et le Sony Building, on retrouve ici tous les derniers produits de la marque Apple, on peut les tester et bien sûr les acheter car c’est un magasin avant tout.

Autres

  • Parmi d’autres endroits intéressants à Ginza notez la présence du Théâtre Kabuki (Kabuki-za) où vous pourrez assister à des représentations de théâtre traditionnel japonais.
  • En vous baladant dans le quartier vous pouvez aussi tomber sur divers centres commerciaux à thème comme celui dédié aux spécialités culinaires japonaises ou celui consacré aux antiquités (Ginza Antique Mall).
  • Ginza compte aussi un grand choix de restaurants à thème unique.

ginza-a-faire

ginza-walk


Accès au départ :


Photothèque de la (des) sortie(s) :




Hong Kong

Texte de la sortie :

L’île de Hong Kong fut la première région habitée par les colons anglais. Elle est assez montagneuse et la population se concentre dans sa partie nord. Les quartiers de Central et Wan Chai forment le cœur politique et économique. C’est aussi sur l’île que les habitants ont les revenus les plus élevés.

La péninsule de Kowloon fait face à la côte nord de l’île. Ce fut la deuxième région à être urbanisée et les densités résidentielles y sont particulièrement fortes, dépassant les 30 000 habitants au kilomètre carré. Mong Kok, l’un des quartiers de Kowloon, serait l’un des quartiers les plus denses au monde, avec des chiffres allant de 150 à 200 000 habitants au km². De nombreux gratte-ciel, le plus haut d’entre eux, l’International Commerce Center (484 mètres) , c equi fait en 2011 la 4° tour la plus haute du monde.


Cartographie :


Point d’intérêt / Informations complémentaires / A noter :

 


Considérations d’ordre général :

– Aéroport international de Hong Kong : Cliquer ici pour voir
Il se classe depuis juillet 2010 au troisième rang pour le trafic international derrière Paris Charles de Gaulle et Londres Heathrow. Pour rejoindre le centre ville, prendre l’express (compter 180 HK$ par personne l’aller retour (valable 1 mois).

– Metro (MRT) :Cliquer ici pour voir

Les rames particulières puisqu’il n’y a aucune séparation entre les wagons. 200 m de long d’un wagon et au vu de la vitesse et de la clim ambiante, courant d’air garantis …

Jour 1 – d’arrivée (fin d’apres midi) :

Visite quartier Norh Point

Jour 2 – Boutiques & Centres commerciaux :

Depuis la station de métro Prince Edward :

- Marché aux fleurs : le fameux marché aux fleurs n’est pas un marché comme on pouvait l’entendre, mais 2 rues où sont regroupées tous les magasins grossistes de la ville. On y trouve ceux spécialisés dans les orchidées, les plantes vertes, les bambous, etc …. C’est le grand déballage et chacun met en place sa livraison du jour. Le matin, avec le soleil, belles photos garanties !

- Marché des oiseaux : qui tient sur une petite rue. Quelques particuliers avec leur bestiole et des magasins de cages

- Marché des poissons : en fait, poissons rouges. Ici ce n’est aussi grand et volubile qu’ a la criée à Marseille ! On ne vend que du poisson pour aquarium, et contrairement au poisson frais, l’aquariophile n’est pas matinal pour l’ouverture des étals !
es marchands remplissent leurs petits sacs individuels où sont déjà emballés une plante ou un poisson, une sorte de tête de gondole comme dans un hypermarché. On se rend compte de l’importance des aquariums . Énormément de choix, de boutiques, de poissons ….

Depuis la station de métro Mong Kok :

- Ladies Markets : Il se situe sur Tung Choi Street, en prolongement du Goldfish Market en fait. C’est un des marchés de rue les + fréquentés.
On y trouve aussi qques copies de sacs et montres …
- Electronics Street
- Goods street

Depuis la station de métro Causeway Bay :

- Divers centres commerçants
- Lee Tree Garden

Jour 3 – Island Tour :

Depuis la station de métro Prince Edward :

- Peak
- Aberdeen Port
- Magasin bijou (vente usine)
- Stanley market

Depuis la station de métro Tsim Sha Tsui : (TST pour les intimes)

- Avenue des Stars
- ClockTower
- Nathan Road (commerces) appelé Neon mile

- Temple street

Jour 4 et 5 – Derniers achats :

……

Site officiel de l’office de Tourisme HK Hong Kong (en francais)

Voir aussi à proximité (une heure de transport) :

Macao

Shenzhen


Photothèque de la sortie :




Singapour

Les grands classiques toujours aussi agréables à decouvrir (liste non exhaustive) :

Deux à Trois journées sont nécessaires afin de se faire une idée de Singapour, le temps de pénétrer au coeur des endroits proposés, et de s’y acclimater, et entredeux , de se raffraichir dans un des « temples commerciaux » bien présents sur place (les Malls).

Le « Merlion » est l’emblème de Singapour (Singapour signifie lion en Sanscrit). Cette statue mi lion mi poisson a été inventée dans les années 60 en référence à un aventurier de Sumatra qui, lorsqu’il est arrivé sur Singapour au XIVème siècle, a cru voir un lion.

Amusez-vous d’ailleurs à repérer les différentes répliques de cette statue, avec différentes tailles, éparpillées un peu partout à Singapour. Certaines sont officiellement reconnues par les Autorités de Singapour, d’autres pas.

Le Business District, temple de la finance en Asie du Sud-Est, se trouve sur Raffles Place, la place centrale d’origine de la ville, construite à l’époque de Sir Raffles. Les proportions d’origine sont toujours les mêmes, mais de multiples tours vitrées ont poussé depuis. Essayez de visiter ce quartier d’affaires en semaine vers midi, vous ressentirez ainsi l’effervescence économique de Singapour.

Boat Quay, au pied des tours du business District, est une charmante ruelle au bord de l’eau, qui sert de « cantine » aux hommes d’affaires, et de lieu de restauration incontournable pour le touriste le soir. Une grande variété de plats vous est proposée, menus indiens, thaïs, chinois, singapouriens, et poissons frais, principalement.

Bugis Street, quartier commerçant chinois au pied de Bencollen street, prix moins élevé qu’à Chinatown (mais moins de choix aussi …).

Clarke Quay, quartier pour boire un verre, situé le long de la rivière, il concentre un grand nombre de bars et restaurants aux décors modernes et « branchés ». Intéressant de voir ce qui est à la mode pour les jeunes Singapouriens.

Le musée des Civilisations Asiatiques : seul musée important de Singapour. Il se situe en face de Boat Quay, et reconstitue l’histoire des 1ers habitants de Singapour. De belles illustrations bois et tissus agrémentent votre visite, ce qui en fait un moment agréable. Prévoir deux heures envion pour faire cette visite.

SANDS SKYPARK : Hotel très spectaculaire.

http://www.marinabaysands.com/sands-skypark.html

Sky Park Singapour

Horaires de 9h. à 19h. tous les jours sauf le lundi de 13h. à 19h

Site internet du musée : http://www.acm.org.sg/

Les quartiers ethniques :

China Town est le quartier idéal pour acheter des souvenirs de Singapour ou manger aux terrasses de maisons traditionnelles chinoises. Tout est tellement propre et bien entretenu que l’ensemble fait un peu penser à un musée. Profitez-en pour visiter les temples bouddhiste et indien situés à proximité.

Little India ressemble par endroits à un immense bazar. Des vendeurs de fruits et légumes, des magasins de tissus, des machines à coudre posées à même le trottoir, et des restaurants indiens évidemment. Si vous avez un peu de temps, allez à Mustapha Shopping Centre, un grand magasin ouvert 24h/24 qui propose vraiment de tout, de l’essentiel au plus superflu. Cela vaut le détour. Il se situe au nord de Little India.

Orchard Road est l’équivalent des Champs Elysées à Singapour. Vous y trouverez un grand nombre de centres commerciaux, les marques les plus prestigieuses, certains grands hôtels.

Botanic Gardens ; Jardin botanique superficie de 63,7 hectares, regroupe un certain nombre de jardins à thèmes, orchidées, évolution, gingembre. Il est célèbre dans le monde pour le nombre incroyable d’espèces d’Orchidées qui vivent là-bas (Plus de 1000 sortes et plus de 2000 hybrides).

Ouvert de 5 heures à minuit.

site internet : http://www.sbg.org.sg

Zoo de Singapour ouvert de 8h30 à 18 h

Le Zoo de Singapour est l’un des plus beaux du monde. Situé dans un parc de 90 hectares, il a été crée sur un concept nouveau. Ce concept ’ouvert’ permet aux visiteurs d’observer les animaux en toute sécurité, tout en ayant l’impression que ceux-ci sont dans leur environnement naturel.

Site internet : http://www.zoo.com.sg/

Non fait ;

- L’île de Sentosa : à proximité de l’Ile principale, en taxi ou en téléphérique, il s’agit d’une station balnéaire artificielle ;

- night safari face au zoo, ouvert de 19h30 à minuit


Photothèque de la sortie :